Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

colonialisme, Lutte de libération nationale., Palestine

Ce qui se passe en ce moment à la Prison des femmes de Damoun-près de Haïfa

Suheir est au milieu de la photo, au centre droit

Ce qui se passe en ce moment à la Prison des femmes de Damoun-près de Haïfa

Témoignage de Suhair Badarneh recueilli par Michèle Sibony, 23 décembre 2021

Suhair Badarneh fait partie de ce qui s’est nommé le « Hirak Haïfa » . Un groupe de militants et militantes palestiniens de Haïfa qui s’est constitué en 2013 après la grande grève de la faim des prisonniers de 2012 pour soutenir les prisonniers entre autres activités.

Lorsque la prisonnière Nasrine Hassan , originaire de haifa et mariée à Gaza, mère de six enfants, a été libérée voici deux mois, après une condamnation à six ans de prison , Suhair et d’autres militantes sont allées l’accueillir à la sortie de la prison Damoun.

Damoun est une prison pour femmes et enfants mineurs , tous prisonniers pour raison politique, située à quinze minutes de Haïfa sur le mont Carmel. Elle qui n’avait pu recevoir aucune visite de sa famille était très heureuse de rencontrer des femmes de sa ville Haïfa. C’est elle qui les a informées du fait que les prisonnières de Damoun ne recevaient plus de visites.

En effet la direction de la prison a programmé la réfection du parloir et l’a donc fermé pour 5 mois en supprimant de fait toutes les visites. Elle a refusé la demande des prisonnières d’être transférées dans d’autres prisons où elles pourraient recevoir ces visites. Devant la révolte des prisonnières les maltraitances se sont multipliées : Cantine interdite, et pour des femmes la privation de produits d’hygiène mensuels est une vraie punition, pas de douche, fouilles de cellules en pleine nuit, l’appel téléphonique promis à la place des visites supprimées n’a pas été mis en place. Les détenues refusent les repas en signe de protestation. Trois détenues ont été transférées à la prison de Gilboa et mises à l’isolement : Marah Bakir – Shouhouk El Lebden et Mouna Kaadan .

Un groupe de femmes s’est donc immédiatement constitué pour soutenir les prisonnières de Damoun .

Elles assurent le lien avec les familles : elles ont intégré au groupe deux avocates qui visitent régulièrement les prisonnières et aident à transmettre des nouvelles aux familles. Il a fallu pour cela construire des relations de confiance avec les prisonnières et avec les familles. Les prisonnières ont le droit de recevoir deux livres tous les trois mois , une collecte de livres a été organisée via les familles , et 120 livres ont été réunis correspondant aux critères nombreux exigés par la direction de la prison. Ces livres ont été transmis aux 32 détenues .

Depuis deux mois, trois manifestions et rassemblements ont été organisés devant la prison.Des chaînes de voitures sont montées jusqu’à la prison en klaxonnant pour être entendues. Les femmes avaient apporté une sono, et s’étaient placées sur la colline selon les indication des avocates à l’endroit d’où elles pouvaient être entendues par les prisonnières. Elles ont appelé les noms des 32 prisonnières, dont 12 de Originaires de Jérusalem, et 20 de Gaza et Cisjordanie . La presse alertée était présente. Certaines détenues fêtaient leur anniversaire ; les femmes le leur ont souhaité en chantant.

Célébration de l’anniversaire de l’une des détenues lors d’un rassemblement de soutien devant la prison de Damoun.

La télévision palestinienne El Quds était présente et le reportage a été diffusé dans un programme matinal regardé par les prisonnières, appelé bonjour El Quds. Elles ont dit leur bonheur de voir ces images à leurs avocates.

Un fax alertant sur les persécutions de la prison  et les revendications des prisonnières a été très largement transmis aux associations de défense des droits humains , afin qu’elles se mobilisent sur ce sujet.

Dans d’autres prisons du pays, les prisonniers ont aussi manifesté leur solidarité avec les prisonnières de Damoun.

Des chaines de lettres sont organisées adressées aux prisonnières pour rompre leur isolement.Ces lettres ont été reçues avec bonheur.

Quelques photos des rassemblements devant la prison de Damoun

L ’Agence Média Palestine vous propose une  action solidaire :

Envoyez  une carte postale de soutien à une ou plusieurs des détenues.

Voici l’adresse de la prison: 

Damun Prison

POB 98, Daliat El Carmel

Israël

Dans le fichier joint vous trouverez les noms prénoms date de naissance  et  durée des peines : Classeur1-V2-1Fichier pour écrire aux détenues

Pour inciter d’autres personnes à faire la même chose, nous vous invitons à prendre une photo de votre carte postale (recto et verso) et à  nous l’ envoyer à : agencemediapalestine@gmail.com

Ces photos seront utiles aux groupes des femmes en soutien aux prisonnières de Damoun  qui transmettra aussi aux familles et afin d’étendre cette action.

AGENCE MEDIA PALESTINE

Leave a Reply