Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Afrique, Histoire

Appel international pour que le procès de l’assassinat de Thomas Sankara et de ses compagnons soit filmé

Appel international pour que le procès de l’assassinat de Thomas Sankara et de ses compagnons soit filmé

Vous n’ignorez pas que le procès des assassins de Thomas Sankara a commencé, hélas en l’absence de celui qui en est sans doute le principal instigateur, Blaise Compaoré. Après un premier report, les séances doivent reprendre à compter du 25 octobre. 

Pour les associations (Survie, Comité Sankara, CADTM, etc…) et les personnes (Bruno Jaffré, Mariam Sankara, son épouse, et bien d’autres), il est très important pour la mémoire historique et les archives que ce procès soit filmé. C’est le sens de la pétition qu’ils ont lancée.  Ils voudraient dépasser les 10 000 signatures avant la reprise du procès, dans trois jours

https://www.thomassankara.net/cbxpetition/appel-international-proces-de-lassassinat-de-thomas-sankara-de-compagnons-soit-filme/

Sauvegarder la mémoire du procès pour l’histoire

Le procès de l’assassinat de Thomas Sankara et de ses compagnons s’est ouvert le 11 octobre 2021 dans un engouement affirmé du peuple burkinabè. Un procès historique attendu depuis 34 ans par l’opinion national, africaine et internationale. L’importante couverture médiatique du premier jour du procès, avec un nombre important de journalistes venus du monde entier, n’a fait que confirmer le caractère historique de ce procès.

Nous, historiens, chercheurs, juristes, artistes, journalistes, militants associatifs ou politiques, citoyens, du monde entier, avons appris avec stupeur que, malgré la réquisition favorable de la procureure arguant du « but démocratique, historique et mémoriel », le Tribunal militaire a refusé que le procès soit filmé et enregistré. De nombreuses voix se sont élevées au Burkina Faso pour demander que le procès soit diffusé, et filmé en vue de la constitution d’archives historiques.

Dans un communiqué daté du 15 octobre 2021 Mariam Sankara s’élève vigoureusement contre cette décision : « Nous osons croire que le Tribunal Militaire se ravisera et espérons qu’il accédera à cette requête. Car il s’agit non seulement de juger les acteurs de ce crime, mais également d’informer le peuple, de mettre en mémoire, avec les moyens de communication modernes, ce moment important de notre Histoire collective et individuelle. Nous devrons y tirer à jamais des leçons en termes de respect mutuel et du caractère sacré de la vie pour les générations actuelles et futures. »

Le procès comporte en effet, des enjeux tant pour l’histoire du Burkina Faso, de l’Afrique et au-delà, que pour la construction nationale. C’est pourquoi, nous exhortons le Tribunal militaire à revenir sur sa décision et à accepter que le procès soit filmé et confié aux archives nationales du Burkina Faso à des fins documentaires et historiques. Nous exhortons également les avocats de la défense à ne pas s’y opposer.

A défaut d’une diffusion immédiate de l’archive audiovisuelle du procès, sa réalisation est un impératif historique, quitte à déterminer des conditions spécifiques d’accès.

Il n’est pas trop tard pour sauvegarder la mémoire du procès pour l’histoire et la construction nationale burkinabè. Toute autorité et toute bonne volonté pouvant aider à cela sont vivement encouragées.

Ra Sablga Seydou Ouedraogo, Chercheur, Directeur exécutif de l’institut FREE Afrik, Ouagadougou

Brian Peterson historien, Albany NY, auteur de Thomas Sankara A Revolutionary in Cold War Africa

Amber Murrey, géographe politique, Oxford, éditrice de A certain Amount of Madness, The Life, Politics and Legacies of Thomas Sankara, Oxford,

Bruno Jaffré, auteur d’ouvrages sur le Burkina et la Révolution burkinabè, animateur du site thomassankara.net Paris

Premiers signataires : Mariam Sankara, Bachir Ben Barka, Alfred Sawadogo, N’Dongo Samba Sylla, Annick Coupé, Demba Moussa Dembélé, Zakaria Soré, Smockey, Robin Shuffield, Fiorella Mannoia, Francis Kpatindé, Issa N’Diaye, Blandine Sankara, Paul Sankara, Aïda Kiemdé George, Leo Zeiling, Dr. Moussa Traore, Dr. Harper-Shipman Takiyah, Lucie Viver, Bikontine, Luc Damiba, Rémi Carayol, Moussa Diallo, Aziz Salmone Fall, Patrizia Donadello, Koulsy Lamko, Gnaka Lagoke, Augusta Conchiglia, Maurice Duval, Pierre Ouedraogo, Horace Campbell,  Juan Montero Gomez, Giulio Chinappi, Mathieu Zongo, Houria Bouteldja, Noël Mamère, Sam’s K Le Jah, Ama Biney, Laurent Bado, Armelle Mabon, François Graner, Pierre Audin, Abdoulaye Diallo, Saïd Bouamama, …

Soutenu par: Réseau international Justice pour Sankara justice pour l’Afrique, Balai citoyen, AJB (Association des journalistes du Burkina), SURVIE, CADTM (Comite pour l’annulation des dettes illégitimes), AfriqueXXI, Comité Sankara de Montpellier, Ligue des Jeunes (Burkina), REPPADD-NIGER, Per a Pace, Comitato Sankara italiano, AFASPA, FuturAfrik, institut Ben Barka, Collectif secret défense, Syllepse, Les Amis de Ghislaine Dupont et Claude Verlon…

Leave a Reply