Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Uncategorized

Sur les municipales, sur le FFS et d’autres priorités.. La subsidiarité… en guise de viatique ! Par Salem HAMAIDI

La subsidiarité… en guise de viatique ! Salem HAMAIDI. Cadre Universitaire

Ce vendredi 10 septembre 2021, se tiendra au siège national du FFS une session extraordinaire du Conseil National du parti, les débats porteront essentiellement sur la participation aux élections du 27 Novembre 2021 tel qu’annoncé par Dr. Hakim BELAHCEL membre de l’Instance Présidentielle au quotidien « El-massa » du 31/08/2021.

C’est avec un grand plaisir et une immense satisfaction que doit être appréhendé ce retour progressif à la « chose politique » au sein de la classe politique nationale en général, et pour le FFS en particulier, qui par le biais de ces rendez-vous au sein de ses « instances statutaires » participe à l’émergence d’une dynamique militante.

Faire passer la décision de participation à ces élections par le Conseil National est un signe de lucidité et de discipline militante de la part de la direction du parti, c’était également le cas pour les législatives du 12 Juin 2021, où les tensions qui ont caractérisé les débats sur la participation à ces élections sont une preuve de bonne santé du plus vieux parti d’opposition, l’option de ne pas participer à ce « passage en force » est un indicateur de communion avec le peuple et l’unanimité avec laquelle a été adoptée cette décision est un signe de maturité de TOUS LES MILITANTS du FFS.

Toutefois, même après échéance, cette non-participation ne doit pas être perçue comme une position d’inertie, mais elle doit se traduire sur le terrain, par des actions de sensibilisation qui impacteront positivement les citoyens et qui conforteront le FFS dans ses positions.

Cette session extraordinaire n’est en fait que la deuxième mi-temps de la Conférence Nationale des élus, qui s’est déroulée les 17, 18 et 19 Juin à Souk El Tenine dans la wilaya de Béjaïa. Les débats sur ces échéances électorales devaient être engagés bien avant, d’une manière responsable, claire et objective. Bref, les insinuations et évocations des discours de Souk El Tenine doivent être traduites en des objectifs S.M.A.R.T.

Car, combien même l’APN est l’instrument législatif de l’état et théoriquement son « gouvernail stratégique« , les assemblées communales et wilayales demeurent le « vis-à-vis direct » du citoyen avec ses gouverneurs. Les enjeux et les objectifs des élections locales diffèrent radicalement de ceux des élections législatives.

C’est pour cela que l’appréhension et l’approche vis-à-vis de ces échéances doivent s’adapter à leur nature et leurs mécanismes afin de répondre favorablement aux « exigences immédiates » des citoyens.

Le meilleur exemple de ces exigences est sans doute les besoins vitaux exprimés lors des sinistres infernaux qui ont touché la Kabylie, et auquel il a été répondu par un « TSUNAMI » de solidarité qui a démontré la « cohésion citoyenne » des algériens. Cet élan de solidarité a aussi ébranlé les aspirations pernicieuses de ceux qui à travers des montages politiciens prônent la liberté et l’émancipation pour la Kabylie mais en réalité sous-traitent l’ostracisme et la précarité de cette dernière.

Une stèle à l’effigie de André Ali MECILI a été érigée le 10/04/2021 au siège national du FFS, on ne peut que s’en féliciter de cette réalisation, et saluer à l’occasion les initiateurs de cette concrétisation en l’occurrence la section FFS de la commune de Ait R’zine, et nous nous inclinons devant la mémoire de cet « indéfectible militant » qu’est André Ali MECILI.

Seulement, cette stèle ne doit pas rester une œuvre de maçonnerie qu’on fleurit chaque 07 Avril, mais elle doit incarner une source de rayonnement des préceptes de militantisme que nous a légué André Ali MECILI.

A l’orée de la préparation du sixième congrès du FFS, qui sera temporairement différé mais qui se tiendra bien en 2022, et que les organisateurs veulent « rassembleur« , nous espérons que ce rendez-vous soit une réussite, mais il faut rappeler la nécessité de resserrer les rangs et de désamorcer les pièges afin de sortir avec une organisation apte à faire face aux enjeux futurs.

Parce que le « pouvoir » préfère avoir en face de lui une nuée d’activistes hétéroclite, qui combien même sont mobilisateurs et munis de bonnes intentions, demeurent éphémères, qu’avoir à affronter l’efficience d’une véritable opposition avec un projet de société viable.

Il est souhaitable à l’occasion que les voix qui ont été occultées et celles qui ont choisi cette occultation par elles-mêmes, puissent retrouver la voie des tribunes du FFS qui a besoin d’elles aujourd’hui plus que jamais.

Ces voix sont nombreuses mais ma pensée va particulièrement vers une femme, qui n’est autre que Mme Salima GHEZALI, qui elle est une « stèle vivante« . A ce propos, un militant aurait d’ailleurs proposé à titre symbolique qu’une chaise portant son nom lui soit consacrée à chaque réunion officielle, « jusqu’à ce qu’elle NOUS REVIENNE ! », a-t-il dit.

Parce que si Ait Ahmed se réjouit d’entendre « Dda L’Hocine, Mazalna Mou3aridhine« , comme scandaient les militants lors de la session extraordinaire du Conseil National du 03/04/2021, il jubilerait lorsqu’il entendra « Dda L’Hocine, Ḥna li Rana Ḥakmine« .

Salem HAMAIDI

Cadre Universitaire

Leave a Reply