Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Algérie Politique, Chroniques, Impérialisme

Rachid Malik-L’alliance islamo-makiste comme prolongement de la mainmise impérialo-sioniste-L’arme de la division

L’alliance islamo-makiste comme prolongement de la mainmise impérialo-sioniste

L’arme de la division

Par Rachid Malik

Publié le 23 août 2021

Le MAK est l’autre face hideuse et fasciste de cette entreprise machiavélique et destructrice des Etats nationaux. Le Congrès mondial amazighe (CMA) s’inscrit dans cette optique visant la création des micro-Etats à caractère ethnique et racial comme instrument idéal et idoine des impérialo-sionistes dans la perspective d’affaiblir les Etats nationaux et les disloquer facilement après. C’est une entreprise qui a été fomentée durant les années 90 du siècle dernier, même si le travail savamment orchestré et peaufiné a été mis en œuvre durant les années 70 de la même période en multipliant les congrès «internationaux» dans les pays connus par leur bellicisme et appétit colonial et frénésie expansionniste.

La situation fébrile que traverse le pays sur le plan politique est plus que préoccupante. Il s’agit d’un virage historique en rapport avec la pérennité de l’Etat national et de l’unité et de la souveraineté nationales.

Le plan ourdi et fomenté par l’alliance impérialo-sioniste et régentée par des puissances étrangères, n’est pas le produit d’un pur hasard. Il remonte à plusieurs décades. Il relève d’une stratégie qui a été préparée dans les laboratoires bien équipés et financés pour la circonstance.

Les officines étrangères ont investi dans le projet de Grand Moyen-Orient (GMO), un projet qui a intégré y compris la région de l’Afrique du Nord dans son giron qui consiste à reconfigurer et recomposer les «zones d’influence» même si cela devrait connaître un processus violent et sanglant selon les caractéristiques et les spécificités des Etats et des nations et leurs moyens de résistance.

La doctrine expansionniste et hégémoniste des puissances en question s’arc-boute sur des moyens non conventionnels, c’est-à-dire la guerre de quatrième génération. Cette guerre qui fait intégrer les réseaux sociaux et leurs succédanés comme une arme fatale et de division par excellence dans sa nouvelle guerre contre les nations souveraines et qui résistent au diktat des puissances étrangères en mal de repositionnement sur l’échiquier mondial à cause de leurs crises économiques et financières.

Cette guerre via le Net et la manipulation des masses à travers les réseaux sociaux est alimentée à travers des éléments dont la «portée» de la dislocation des Etats nationaux est plus que dangereuse, à savoir les conflits et les divisions sur fond de démarches communautaristes et ethniques.

Le recours à l’islamisme et l’identité comme fer de lance dans la perspective de démembrement du socle national et de l’unité d’un peuple sont autant de cartes que les impérialo-sionistes et leurs officines utilisent pour semer le chaos et propager leur stratégie visant la réalisation de leur fin, à savoir le «chaos constructif».

En Algérie, le plan a été bel et bien mis en branle depuis des décennies, les doctrinaires identitaires dont les relents sont tissés outre-mer et l’islamisme mortifère est ficelé dans les laboratoires des services de renseignements inféodés aux puissances impérialistes et sionistes. Le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK), et Rachad, une organisation qui se revendique de son appartenance historique à l’ex-FIS dissous et son projet totalitaire et obscurantiste, sont deux organisations créées par des officines étrangères dont le credo est celui de dépasser via la destruction et le chaos l’Etat national en le remplaçant par la «Khilafa islamiya».

Le Congrès d’El-Oumma est une nébuleuse créée par des forces et des puissances étrangères dont leur rôle dans la propagation des «printemps» arabes est avéré et saillant. C’est dire que la nébuleuse obscurantiste du Rachad est le prolongement de ce plan ourdi et cette manipulation sordide de l’impérialo-sionisme en quête d’une issue à sa crise structurelle et pour le maintien de son leadership mondial qui est menacé par l’émergence d’autres forces avec un agenda foncièrement antagonique à ce dernier qui vise la mainmise et la domination via la reconquête coloniale en ciblant les Etats souverains et leurs unités nationales.

Le MAK est l’autre face hideuse et fasciste de cette entreprise machiavélique et destructrice des Etats nationaux. Le Congrès mondial amazighe (CMA) s’inscrit dans cette optique visant la création des micro-Etats à caractère ethnique et racial comme instrument idéal et idoine des impérialo-sionistes dans la perspective d’affaiblir les Etats nationaux et les disloquer facilement après. C’est une entreprise qui a été fomentée durant les années 90 du siècle dernier, même si le travail savamment orchestré et peaufiné a été mis en oeuvre durant les années 70 de la même période en multipliant les congrès «internationaux» dans les pays connus par leur bellicisme et appétit colonial et frénésie expansionniste.

Le Makhzen et l’entité sioniste sont pour beaucoup dans l’accompagnement et la mise en place de moyens financiers et techniques, voire politique même pour le compte de ce microcosme fasciste et criminel à la solde de l’impérialo-sionisme.

L’enjeu dont l’Algérie doit relever le défi c’est celui de la lutte implacable contre l’hydre islamo-makiste comme expression et prolongement de la menace impérialiste et néocolonialiste des puissances étrangères qui veulent mettre à genoux l’Etat national souverain et sa cohésion nationale.

Rachid Malik

Leave a Reply