Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Algérie Politique, Chroniques, Santé- Populations

Yacine Abdelmalik Foudala-COVID-19 : Déni et réalités.

COVID-19 : Déni et réalités.

Par Yacine Abdelmalik Foudala

Publié le jeudi 29 juillet 2021

Nous vivons actuellement une période très difficile, même les plus sceptiques le savent, ils veulent -peut-être inconsciemment- minimiser les effets de cette crise sanitaire, en frisant le ridicule déni, comme si ces amateurs de statistiques combinatoires, d’études mathématiques et de théories scientifiques qu’ils tirent de sources bien choisies, ne voyaient pas sous leurs yeux la célérité avec laquelle le virus se propage, comme s’ils détournaient leur regard des foules contaminées se ruant vers les centres d’analyses médicales, EPSP et hôpitaux pour être prises en charge, comme s’ils ne croyaient pas à la hausse galopante des cas sévères, comme s’ils se fient aux chiffres officiels très éloignés de la réalité même s’ils révèlent indéniablement une tendance haussière bien ressentie.

Ils ont au bout du compte fini par transformer des millions d’hommes, de femmes et d’enfants en souffrance en des chiffres calculés et calculables, en des ratios relativisés et relativisables, en des courbes dessinées et dessinables, pour qu’enfin ces mêmes âmes humaines se retrouvent coincées dans un schéma exigu à l’échelle centimétrique entre la vie et la mort. Quelle étroitesse !!

D’après les dernières études scientifiques, le dernier variant résultant des mutations du corona Virus (DELTA) est plus contagieux et moins létal que les autres, ce qui ne diminue aucunement de sa dangerosité du fait de sa propagation exponentielle -surtout dans un milieu propice tel que le nôtre- Je tiens à signaler que ces études ont été faites dans des sociétés avancées technologiquement, qui malgré tout ce que nous pouvons en dire, possèdent des capacités acceptables d’accueil des malades, qui ont les moyens et matériel nécessaires pour faire face aux avalanches humaines, qui disposent de quantités suffisantes d’oxygène et qui sont en mesure de traiter et soigner qualitativement les malades.

Il parait donc évident que l’analogie hâtivement faite et dénuée de nuances essentielles s’avère totalement fausse. La réalité concrète est tout autre, et même si la nouvelle déferlante peut –et doit même- pousser à réflexion quant à ses raisons et possibles conséquences, il n’en demeure pas moins qu’elle soit bien présente, aussi réelle que la chaleur caniculaire en cette saison estivale, que les robinets taris pendant des jours et des semaines, que les mesures gouvernementales sinon absentes du moins inopérantes, que l’insouciance générale qui n’aide pas, que l’insuffisance, la fatigue et la détresse des corps médicaux et paramédicaux, que l’archaïsme des infrastructures et la faiblesse des moyens mis à disposition, que l’affolement logique et légitime d’une population livrée à elle-même.

La réalité concrète est tout autre, nonobstant les vociférations médiatiques qui font rage en occident, et qui souhaitent clairement orienter l’opinion générale vers un alarmisme sans précédent, afin de renflouer les caisses des grandes compagnies pharmaceutiques et par ricochet du capital généralisé battu à plates coutures par le géant Chinois plus que jamais éveillé. Malgré le fait que l’élite scientifique occidentale milite très généralement en faveur de vaccins technologiques sans aucune efficacité prouvée -jusqu’à présent- et fait pression sur les politiques en vue de les imposer comme unique remède à la pandémie.

Malgré le consentement que l’occident cherche à fabriquer au sein de ses sociétés dites avancées, en dépit des voix méfiantes et opposées à leurs desseins qui résistent et tiennent à garder intacte leur liberté de choisir.

Oui la réalité concrète est tout autre, elle est la représentation nouvelle des rapports de forces mondiaux, une guerre biologique, économique et politique déclarée entre les deux blocs traditionnels que sont le Capitalisme désireux de maintenir son hégémonie et le Communisme remodelé, adapté aux nouveaux impératifs et qui tente de la lui disputer, toutes les autres tendances sont alliées objectives de l’un ou de l’autre et n’ont pas la force conceptuelle pour s’en affranchir.

Le virus a en Algérie un terrain propice à sa prolifération, entre les autorités absentes, la population insouciante, les moyens humains et matériels insuffisants, ainsi que les différentes propagandes distillées par différents groupes de pressions nationaux et internationaux qui prêchent une chose et son contraire.

Nous n’avons qu’un seul chemin viable, la solidarité.

Yacine Abdelmalik Foudala

Leave a Reply