Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Algérie Politique, Chroniques

Rachid Malik-Ils sont blottis dans leur silence complice à l’égard du Mak et le Makhzen- Le mutisme tactique des pseudos démocrates

Ils sont blottis dans leur silence complice à l’égard du Mak et le Makhzen

Le mutisme tactique des pseudos démocrates

Par Rachid Malik

Publié le 18 juillet 2021

Le temps des calculs politiciens et de recentrage électoraliste et partisan est terminé. Il faut que ces semblants de partis « démocratiques » affichent clairement leur couleur et leur position.

La classe politique algérienne commence à sortir de sa léthargie en exprimant sa position à l’égard de la déclaration de « guerre » par le makhzen marocain à l’adresse de l’Algérie. Mais l’observateur politique pourrait constater que certains partis politiques dits d’opposition n’ont pas encore exprimé leur position en se cantonnant dans un silence de marbre qui e dit long sur les dessous de cette attitude. Les semblants de démocrates ne sont pas inquiétés ni pressés d’annoncer leur position par rapport cette escalade gravissime de la part de la monarchie marocain quant à son ingérence dans les affaires du pays en allant jusqu’à soutenir « l’autodétermination du peuple kabyle ».

Pourquoi les partis dits démocratiques tardent à se prononcer sur cette affaire des plus délicates et sensibles et qui a trait à l’unité nationale et la souveraineté du pays ?

Les semblants de démocrates de pacotille ont joué et ils jouent jusqu’à maintenant le jeu scabreux et ombrageux d’un « démocratisme » biscornu et hybride.

Le paradoxe est saillant quant à ce mutisme alimenté sciemment et volontairement par ce microcosme dont ses rapports avec la question de « séparatisme » de la région de la Kabylie de l’entité nationale est manifeste au point que ces semblants de démocrates évitent de se prononcer sur l’attitude fasciste d’un Mak à la solde des forces néocolonialistes et proches des sphères sionistes.

La tactique fallacieuse et perfide desdits démocrates quant à leur position à l’égard de ce mouvement séparatiste et fasciste est considérée comme manière de la soutenir par leur silence complice. On ne peut pas se cacher longtemps à travers une position digne de la politique de l’autruche au nom de la liberté d’expression abusivement sélective et choisie alors que la question est devenue déterminante comme expression politique de taille et de principe.

Lesdits « démocrates » non rien de démocratique si ce n’est l’habit hypocrite et la façade trompe l’œil pour des circonstances relevant d’un positionnement purement clanique et tribal. C’est ce qu explique l’omerta faite sur l’idéologie fasciste du mouvement séparatiste en évitant à le briser au risque de se voir disqualifier et discréditer dans la régie de la Kabylie comme potentiel électoraliste sur fond d’un calcul sordide dans le jeu de recentrage et de repositionnement partisan des plus vils.

C’est ce qui renseigne aussi sur la lecture étroite et saugrenue d’une certaine opposition dite démocratique que sa représentativité ne dépasse pas la « lisière » d’une région. C’est aussi cette manière si « démocratique » qui sied à son discours opportuniste et machiavélique qui justifie cette ambivalence qui la frappe de plein fouet aujourd’hui ç l’aune de l’évolution de la situation politique avec la dernière sortie du makhzen et ses connivences et accointances avec le microcosme fasciste s’exprimant au nom d’une doctrine identitaire sectaire et anti-démocratique sans que cela titille les pseudos démocrates.

Les semblants de démocrates sont aujourd’hui face à leur responsabilité, ils ne peuvent plus se voiler la face quant à leur attitude qui devrait s’exprimer nettement et clairement. Soit ils sont avec le mouvement fasciste et séparatiste du Mak soit ils sont contre cette visée qui cible l’unité du pays. Il n’y a pas une troisième voie. Cette fois-ci l’enjeu est grand, ce qui renvoie à une réalité politique très délicate et dangereuse. La démarcation sera connue quoi qu’il adviendra, c’est le temps qui imposera sa loi quant à ce jeu opportuniste et macabre d’une semblant d’opposition « démocratique » dont la démocratie se limite à une démarche sectaire et fasciste.

Le temps des calculs politiciens et de recentrage électoraliste et partisan est terminé. Il faut que ces semblants de partis « démocratiques » affichent clairement leur couleur et leur position. Le risque est avéré et visible maintenant, c’est de l’Etat national qui en est question, et ce n’est pas d’une approche étroite et tribal qui se dissimule derrière l’énoncé « démocratique » qui en est question.

Rachid Malik

Leave a Reply