Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Algérie Politique, Chroniques

MOHAMED ADJOU-UNE LECTURE TENDANCIEUSE DE L’HISTOIRE…

1072- COMMENT TAIRE

UNE LECTURE TENDANCIEUSE DE L’HISTOIRE…

Par Mohamed Adjou

Publié le 12 juillet 2021

https://comment-taire10.blogspot.com/…/un-faconnage…

Mon ami Bachir Derais, toujours prompt à tirer sur Ben Bella et Boumediene, a publié une vidéo d’un passage trop bien choisi d’une intervention de M. Harbi et s’est laissé aller à un commentaire dans lequel il n’épargne pas la probité de Ben Bella et Boumediene, les accusant très explicitement d’avoir accordé en catimini à la France le droit de perpétuer sa domination sur des portions du territoire algérien…

Je n’ai pas l’habitude d’écouter les « témoins-acteurs » de la guerre de libération et des événements qu’a connus le pays depuis 1962 car je ne peux concevoir qu’un acteur soit un témoin fiable et M. Harbi fut un acteur trop engagé dans l’histoire post indépendance pour que ses versions ne soient pas entachées de subjectivisme pour ne pas dire de partialité…

Si je comprends très bien le commentaire très orienté de notre ami Derais qui a démontré (c’est son droit) qu’il ne porte pas les deux leaders en odeur de sainteté. Je ne comprends par contre pas comment un homme comme Harbi ait pu commettre des dérives aussi flagrantes et je me dis que je n’aurais pas dû l’écouter car après l’avoir fait, j’ai perdu toute l’estime que j’avais pour cet homme et tout le respect que m’inspirait son passé même si j’étais déjà assez réservé sur sa personne au vu des postes qu’il eut à occuper, de la controverse générée par certaines de ses prises de position et de la terre d’exil qu’il s’est choisie…

M. Harbi dit en résumé que

1- ce furent Ben Bella et Boumediene qui discutèrent des « accords militaires » avec l’ambassadeur de France,

2- ces discussions étaient secrètes.

3- De larges facilités avaient été accordées à l’armée française

4- Un officier algérien dont se plaignit l’ambassadeur pour avoir « gêné » l’armée française fut relevé de ses fonctions…

Quand on écoute cet ensemble d’inepties (c’est le mot) sans situer les faits dans le contexte des Accords d’Evian, on se prend à croire que le tandem, Ben Bella et Boumediene a fait acte de « collaboration » et serait coupable de « haute trahison »… c’est ce que suggère M. Derais en commentant M. Harbi… et on comprend aussi que c’est à cette conclusion que M. Harbi voulait arriver, en usant d’un sourire faux, hautain et perfide (j’ai pesé mes mots)… à moins que le passage de la vidéo n’ait été sorti de son contexte pour « les besoins de la cause »…

Je ne suis pas historien comme Monsieur Harbi mais j’ai le mérite de regarder l’histoire d’un œil impartial car je n’ai pas été un de ses acteurs (controversé)…

Voici ma lecture des faits relatés par M. Harbi…

1- a) Ben Bella, Boumediene et Chabou n’ont pas, comme on semble vouloir l’accréditer, usurpé la fonction de négociateurs… ils étaient les représentants attitrés du pouvoir algérien et si la France a accepté de les avoir comme interlocuteurs c’est en vertu de ce statut et non parce qu’ils auraient été plus « conciliants » pour ne pas dire plus, comme on le sous-entend.

b) Les représentants du pouvoir algérien n’ont pas négocié des nouveaux « accords militaires » avec les forces armées françaises… Ces Accords existaient et faisaient partie des Accords d’Evian négociés entre le GPRA et les représentants de De Gaulle ; et les clauses militaires avaient été approuvés par Krim Belkacem et figurent en noir sur blanc dans le document que tout le monde peut consulter, très précisément au titre III que je reprends dans ce qui suit :

« III. DU RÈGLEMENT DES QUESTIONS MILITAIRES

(…)

  • L’Algérie concède à bail à la France l’utilisation de la base de Mers El-Kébir pour une période de quinze ans, renouvelable par accord entre les deux pays ;
  • L’Algérie concède également à la France l’utilisation de certains aérodromes, terrains, sites et installations militaires qui lui sont nécessaires. »

c)- Ces Accords ont été rejetés par l’EMG mais leur signature et leur dépôt à l’ONU leur ont donné « force de loi » internationale et ils ne pouvaient être dénoncés sans risques de voir la France refuser elle aussi d’exécuter d’autres clauses favorables à l’Algérie…

d)- La discussion entre les représentants du nouvel état algérien et ceux de la France ne portaient pas sur le « principe » de l’octroi des facilités à l’armée française mais sur les modalités de mise en oeuvre de ces facilités (durées et dates de renouvellement des baux, liberté d’accès aux sites sensibles, déplacements des éléments chargés de faire fonctionner ces sites, périmètres de sécurité, facilitations, peut être aussi montant des baux et modalités de paiement etc…).

2- M. Harbi affirme que les discussions sur ces accords se sont tenues « dans le plus grand secret »… j’ai parlé d’ineptie et je pense que celle là en est le meilleur exemple…

Je ne sais pas ce que l’ « historien » entend par « secret » et comment il peut penser qu’on puisse négocier d’accords militaires sans les entourer du strict secret… militaire !…

Il aurait peut être fallu inviter une délégation russe et une délégation américaine et terminer les discussions par un communiqué commun et une conférence de presse durant laquelle les deux délégations auraient répondu à toutes les questions des journalistes portant sur les coordonnées des sites militaires, ce que l’armée française allait y bricoler, les effectifs qu’elle allait mobiliser, l’emplacement des postes de garde, les noms et grades des personnes qui y seraient mobilisées, les armes qu’elles posséderaient etc…

Je sais des demandes en mariage que les familles effectuent en grande discrétion et là, on s’étonne que des questions militaires de sensibilité absolue se soient déroulées dans un grand secret !…

3- Les Accords d’Evian ayant retenu le principe de la présence française sur « certains aérodromes, terrains, sites et installations militaires », les négociations ne pouvaient porter que sur les « facilités » et non les « difficultés » d’occupation de ces sites… mais « facilités » revêt ici le terme technique de « balisage » et de modalités et non de permissivité comme veut le sous-entendre Monsieur Harbi… Les français sont venus négocier avec les Algériens les conditions de mise en oeuvre de l’accord conclu à Evian afin que les forces françaises puissent, non pas planter des choux sur les espaces concédés mais leur faire jouer le rôle militaire qui avait poussé l’armée française à négocier avec M. Krim et à lui arracher son accord pour y conserver une présence momentanée… En acceptant le « principe » de cette présence, on ne peut ne pas accepter l’octroi des « facilités » à concéder pour que cette présence soit assurée…

4- Le point 4 découle de la logique du point 3… Si l’Algérie a accepté le principe de l’occupation de ces sites, elle doit accorder les facilités nécessaires à la présence des troupes qui doivent les occuper, à leurs déplacements, à l’exploitation de ces sites aux fins pour lesquelles la France a négocié et obtenu l’accord de Krim et certainement pas pour s’en servir comme courts de hockey ou d’élevage de chevaux camarguais ou bretons… L’officier dont l’ambassadeur se serait plaint au Président a sans doute outrepassé les ordres qui lui étaient donnés en matière de « facilitations » c’est-à dire aux droits des forces françaises consacrés par les Accords d’Evian… L’intervention de l’ambassadeur ne relève que de ses devoirs et le changement d’affectation de cet officier est une mesure qui démontre que l’Etat Algérien était structuré et que son armée fonctionnait déjà dans le respect de la discipline et non comme une milice ou les pouvoirs des chefs n’étaient limités que par leur propre volonté…

Présenter ce fait anodin de rappel à l’ordre d’un officier coupable d’insubordination, d’abus de pouvoir et de non respect des ordres de la manière dont le présente M. Harbi relève d’une méconnaissance de la discipline militaire ou pire, d’une volonté de démontrer à tout prix une connivence ou une subordination du pouvoir de l’Algérie naissante à la France qu’elle venait de bouter hors de ses terres…

Le pamphlet dressé par M. Derais contre Ben Bella et Boumediene et illustré par l’intervention de M. Harbi a été une aubaine pour ceux qui n’attendent que l’occasion de cracher sur leurs tombes… Il a été partagé plus de 350 fois… Je souhaite un égal partage de cette mise au point de la part de ceux qui sont soucieux de vérité.

Mohamed Adjou- Djebahia 11/7/2021

Leave a Reply