Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Afrique, colonialisme, Europe, Impérialisme

Simon KORNER-Les « excuses » impérialistes couvrent un colonialisme renouvelé

Les « excuses » impérialistes couvrent un colonialisme renouvelé

Par Simon KORNER

Publié le 7 juillet 2021/ Le Grand Soir

Trois des pires puissances colonialistes d’Afrique, la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne, ont présenté des excuses pour leurs crimes historiques – ou du moins fait des gestes d’excuse. Pourquoi le font-ils ?

La Grande-Bretagne a été l’un des premiers promoteurs. En 2013, William Hague, alors ministre des Affaires étrangères, a exprimé ses « sincères regrets » pour les atrocités britanniques contre les Kenyans dans les années 1950, qui incluent le massacre de 100 000 membres de la tribu Kikuyu.

William Hague a suggéré 19,9 millions de livres sterling de compensation. Cette offre misérable – les survivants Kikuyu ont exigé dix fois ce montant – a permis au Premier ministre Theresa May, en visite en 2018, de proclamer le Kenya l’un des « partenaires clés » de la Grande-Bretagne et d’annoncer l’ambition de la Grande-Bretagne de dépasser les États-Unis comme le plus grand investisseur du G7 en Afrique d’ici 2022.
L’Afrique est depuis devenue plus rentable pour la Grande-Bretagne que toute autre région du monde. 101 entreprises, pour la plupart britanniques, contrôlent plus de 1 000 milliards de dollars de ressources naturelles africaines, dont le platine, le pétrole et le charbon, selon War on Want. Cet épuisement des richesses africaines est loin de la prétention éthique de la Grande-Bretagne d’aider le développement de l’Afrique.
Le précédent britannique dans les gestes diplomatiques a été suivi en mai de cette année par la France, lorsque Macron, lors d’une visite au Rwanda, a reconnu le rôle « important » de la France en « permettant un génocide prévisible » là-bas en 1994. Macron a effectivement accepté qu’il avait été la détermination française d’empêcher l’expansion étasunienne en Afrique qui a conduit à son soutien aux Hutus largement francophones contre les Tutsis.

Le rapprochement français a des visées à la fois économiques et stratégiques. La France cherche à sortir de sa sphère d’influence traditionnelle en Afrique de l’Ouest et du Nord. Le Rwanda sert de tête de pont utile dans les riches cueillettes de l’Afrique orientale et australe.

Après sa visite au Rwanda, le président Macron s’est envolé pour l’Afrique du Sud, où il a plaidé pour les entreprises françaises en Afrique du Sud, en particulier le secteur des technologies vertes, et a promu l’expansion de la production de vaccins entre la France et l’Afrique du Sud, en s’appuyant sur partenariat avec l’Institut Biovac d’Afrique du Sud.
Macron a également proposé à l’armée rwandaise de fournir des troupes au sol contre une rébellion djihadiste de quatre ans dans le nord du Mozambique – une offre basée sur un accord qu’il avait conclu lors de sa visite au Rwanda avec le président Kagame, un dirigeant autoritaire avec ses propres ambitions régionales. Pourquoi Macron offrait-il des troupes du groupe rwandais, ainsi qu’un soutien naval français, à l’Afrique du Sud pour réprimer l’insurrection mozambicaine ? Parce que la rébellion djihadiste menace le projet gazier français Total de 20 milliards de dollars au Mozambique. La « reconnaissance » de Macron au Rwanda a donc servi plusieurs objectifs – aucun d’eux n’a à voir avec le remords.

Coïncidant avec le geste français au Rwanda, l’Allemagne a présenté des excuses officielles pour son génocide contre les peuples Herero et Nama de Namibie (Sud-Ouest africain allemand). 90 000 personnes ont été massacrées par l’Allemagne entre 1904 et 1907. En dehors de ce premier génocide, l’Allemagne y a également utilisé pour la première fois des camps de concentration. Ses soldats ont empoisonné les sources d’eau en enfouissant des corps dans des puits, et il a mené des expériences scientifiques sur les victimes, envoyant leurs os en Allemagne pour les étudier.

Heiko Maas, le ministre allemand des Affaires étrangères a déclaré : « À la lumière de la responsabilité historique et morale de l’Allemagne, nous demanderons pardon à la Namibie et à ses descendants. Ce geste s’accompagne d’un versement unique de 1,1 milliard d’euros sur 30 ans.

C’est bon marché au prix – bien que beaucoup plus que l’offre de la Grande-Bretagne au Kenya – et n’a été convenu avec la Namibie qu’après neuf séries de pourparlers depuis 2015. L’Allemagne dit que la Namibie est sa « responsabilité spéciale », bien qu’elle se soit échappée de toute responsabilité juridiquement contraignante. pour les atrocités ou envers les descendants des victimes.

Alors que le président namibien Hage Geingob a qualifié les excuses de pas dans la bonne direction, les dirigeants Herero et Nama ont rejeté les excuses et le montant, affirmant qu’il s’agissait d’insultes et d’exercice de relations publiques. Le chef suprême des Hereros, Vekuii Rukoro, a déclaré : « Aucun Africain qui se respecte n’acceptera une telle insulte de nos jours de la part d’une nation européenne soi-disant civilisée.
Les excuses allemandes ne sont pas seulement une tentative de redorer son image sur la scène mondiale – un ancien conseiller de Merkel a décrit l’Allemagne comme une « superpuissance humanitaire » – mais sont liées à une campagne d’investissement allemande dans les infrastructures namibiennes, l’approvisionnement en eau et la production alimentaire, qui apportera des retours à la capitale allemande. Les excuses sont donc assorties de conditions commerciales.

L’Allemagne augmente rapidement ses échanges avec l’Afrique australe dans son ensemble. C’est le deuxième partenaire commercial de l’Afrique du Sud, devant les États-Unis, mais derrière la Chine. Les exportations allemandes vers l’Afrique du Sud valent 10 milliards de dollars, soit environ un tiers de toutes les exportations de l’UE vers l’Afrique du Sud, et elle est impatiente d’augmenter sa part.

L’Allemagne souhaite se développer ailleurs en Afrique. Dans son ancienne colonie du Burundi, la société allemande ThyssenKrupp investit massivement après la découverte de minéraux de terres rares en 2017.

Sur le plan militaire aussi, la présence de l’Allemagne en Afrique s’accroît : elle compte 900 soldats stationnés au Mali et au Niger, et des centaines d’autres déployés ailleurs.
Sur le plan diplomatique, l’Allemagne a accueilli le mois dernier une conférence internationale sur la Libye, un écho de la conférence de Berlin de 1884-5, qui a divisé le continent entre les puissances européennes, connue sous le nom de Scramble for Africa (Ruée vers l’Afrique). La conférence actuelle de Berlin marque un nouveau Scramble for Africa et souligne l’importance de l’Allemagne en tant qu’acteur majeur en Afrique.

Comme les trois puissances coloniales européennes, l’Allemagne a de quoi s’excuser. Son soutien à la domination coloniale n’a pas pris fin avec son retrait d’Afrique après sa défaite lors de la Première Guerre mondiale. Après la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne de l’Ouest était, comme la Grande-Bretagne, un investisseur majeur dans l’apartheid en Afrique du Sud, Daimler-Benz, Siemens et Deutsche Bank fournissant des fonds et une légitimité au régime. En revanche, l’Allemagne de l’Est socialiste a fourni une solidarité pratique à l’ANC, y compris des armes, du matériel et une formation militaire.

Au XIXe et au début du XXe siècle, l’Empire allemand comprenait également l’Afrique orientale allemande – Burundi, Rwanda et Tanzanie, où l’Allemagne a massacré 300 000 personnes entre 1905 et 1907 – ainsi que des parties du Togo, du Ghana et du Cameroun.

Chacune des trois puissances européennes rapaces veut les riches ressources et marchés de l’Afrique pour elle-même. Chacun est prêt à offrir une compensation et à manger un peu de tarte humble afin d’étendre son pillage et son contrôle aux dépens du peuple africain.

Pour une image fidèle de l’insensibilité européenne, il suffit de regarder le refus de l’Europe de distribuer ne serait-ce qu’une partie de son approvisionnement massif de vaccins Covid en Afrique, où les cas doublent toutes les trois semaines.

Simon KORNER

Source: »» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/2006723382811164

Leave a Reply