Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Algérie Politique, Chroniques

Rachid Malik-La situation politique du pays exige des solutions et des issues salvatrices-La classe politique face à ses responsabilités

La situation politique du pays exige des solutions et des issues salvatrices

La classe politique face à ses responsabilités

Par Rachid Malik

Publié mercredi 7 juillet 2021

La classe politique dans son ensemble, pouvoir et partis politiques doivent s’impliquer mordicus dans la recherche d’une alternative équilibrée et médiane pour barrer la route à tous les aventuriers et les valets des officines d’outre-mer

La situation politique du pays a besoin d’un sursaut salvateur en mesure de rassembler les énergies et les forces vives dans la perspective de jeter les bases d’un consensus national faisant de l’Etat national et la priorité d’un développement économique national comme maître mot.

En dehors les préparatifs en relation avec la constitution d’un gouvernement issu des législatives anticipées de 12 juin, il est urgent que l’effort doit être orienté vers la mise en branle d’un mécanisme pour relancer le dialogue inclusif et le débat national sur les possibilités et les chances d’une sortie salvatrice et consensuelle.

L’effort politique doit s’arc-bouter sur les voies et moyens susceptibles d’endiguer la situation d’impasse dans laquelle se trouvent en otage l’Etat et la société.L’urgence réside dans la mobilisation de toute la classe politique et la société civile autour de la nécessité d’aller vers une situation d’apaisement et de sérénité dans le but d’asseoir un modus opérandi en mesure d’apporter l’équilibre politique tant rechercher par les patriotes et les forces vives dont le souci se résume dans la sauvegarde de l’Etat national et la pérennité de ses institutions.

Cette démarche et initiative pourrait constituer une chance inouïe pour l’ensemble des protagonistes animés par la volonté patriotique de voir le pays éviter le chaos et la déstabilisation politique. Il est évident que ce processus du dialogue doit être balisé sur la base des lignes et des principes où les fondements de la République via sa souveraineté nationale et sa cohésion ne doivent aucunement être monnayés ou marchandés. Hormis ces lignes qui déterminent le processus visant la mise en place d’une dynamique de concertation et de dialogue inclusif avec toute la classe politique qui adhère à ces préalables, le reste n’est qu’une spéculation et perte du temps et de moyens colossaux en vain.

Il est impératif que la classe politique, pouvoir en place et partis politiques et société civile dans leur ensemble trouvent une espèce de paradigme censé rassembler les énergies et les efforts politiques pour les transformer en une force créatrice de solutions et des issues réalisables sans sacrifier le principe de la consolidation de l’Etat national et de la défense de la souveraineté nationale pleine et entière.

Il y a plusieurs dossiers importants qui taraudent les couches larges de la société. Il s’agit de l’économie qui est en panne, il y a aussi le front social qui est en plein bouillonnement. Ces dossiers qui ne sont pas des moindres, risquent de se transformer en une bombe qui remettra tout en question y compris la cohésion sociale source de l’homogénéité et de l’unité nationale.

C’est dire que la recherche d’une issue salvatrice est plus que jamais revendiquée avec acuité pour permettre au pays de sortir de la situation de ballottage qui le guette. La responsabilité de la classe politique est bel et bien établie, il n’y a que les politiques et les énergies créatives au sein de la société qui puissent approcher les situations de crise pour les cerner et réfléchir sur les voies et moyens pour les juguler et les résoudre à travers des solutions en osmose avec les urgences et les intérêts du pays.

Le maintien du statu quo ne favorise que les forces occultes et obscures dont les visées n’ont aucun rapport avec la défense de l’Etat national mais bien au contraire, elles servent les forces dont l’agenda est conçu pour disloquer l’Etat national via des plans de déstabilisation du pays et la propagation des formes les plus abjectes de scénarios qui s’inscrivent dans une logique belliciste et de mainmise néocoloniale.

La classe politique dans son ensemble, pouvoir et partis politiques doivent s’impliquer mordicus dans la recherche d’une alternative équilibrée et médiane pour barrer la route à tous les aventuriers et les valets des officines d’outre-mer.

La reconstruction d’un consensus national sur la base des principes qui font de l’Etat national et de fonctionnement constitutionnel des institutions et en tenant compte de la situation économique et sociale des plus délicates, cela est très jouable et réalisable.

Sortir des clichés et des stéréotypes qui font que la solution pour une crise politique comme celle qui caractérise le pays doit être l’aboutissement d’une logique fondée sur les rapports de force.

L’Algérie mérite que toutes les forces vives et patriotiques fassent des concessions dont le but de faire valoir le principe de la sauvegarde de l’Etat national dans un contexte très sensible que traverse le monde et la région.

Rachid Malik

Leave a Reply