Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Algérie Politique, Chroniques

Mohamed Adjou-Vous connaissez mon ami Uccay Nat Wagnun… Il n’est plus à présenter…

Vous connaissez mon ami Uccay Nat Wagnun… Il n’est plus à présenter…

Par Mohamed Adjou

Publié le 26 juin 2016

Il n’est plus à présenter… C’est ce « suprématiste » qui se dit Kabyle et qui ne rate pas une occasion pour traîner dans la boue ce pays, ses hommes, ses valeurs, son histoire..

Ce matin, dans un long texte larmoyant, il est venu quasiment nous dire que la Révolution ne doit rien à nos amis Egyptiens, Irakiens, Syriens, Yougoslaves, Cubains et autres et qu’elle fut menée de bout en boue par son grand-père et sa grand-mère qui s’occupaient de collecter des fonds, le premier au Nord de la France, la seconde dans son village de Kabylie…

Je viens de publier sur son mur cette longue lettre que vous pourrez lire après le f’tour si ça vous dit:

La Grand-mère de notre ami Uccay que Dieu la lui garde si elle est toujours de ce monde, qu’Il lui réserve une belle place au Paradis si elle n’est plus de ce monde, avait 10 enfants, Allah Ibarek, à 30 ans seulement…

C’est à dire, si nous estimons qu’entre deux naissances il y’avait un intervalle de 18 mois, qu’elle s’est mariée avec son digne Grand-Père à 12 ans, il y’a 60 à 80 ans de ça…

Je fais ce petit calcul juste pour rappeler l’indignation de notre ami devant le mariage controversé d’un Prophète avec une jeune femme de 19 ans et à qui, malgré toutes les irréfutables preuves on veut absolument donner l’âge de 5 ou 6 ans…

Comme quoi quand on veut salir une religion on accuse son prophète de pédophilie…

Me sentant visé car je suis certainement ce faqaqir de journaliste qui lui reste en travers de la gorge (même si je ne suis ni faqaqir ni journaliste mais juste un algérien libre dont il a sollicité l’amitié et qui la lui a accordée), je vais essayer de répondre à la suite de son délire…

Ainsi, selon notre ami, c’est presque exclusivement grâce au sacrifice de ses grands parents que ce pays fut libéré par les Kabyles et accessoirement par quelques escarmouches du côté des Aurès…

A le lire, nous devons comprendre que Zabana, Lotfi, El Haoues, Ali La pointe et Hassiba ne sont morts que d’avoir trop vécu…

Que Ali Maachi, El Hadi Redjeb et Ahmed Wahbi n’ont composé que des chansonnettes d’amour.

Que l’épopée de Makhloufi, Soukhane, Aribi, Kermali, Amara, Bentifour et de leurs compagnons ne fut qu’un galop d’entrainement. Que Aissa Messaoudi vociférait pour des prunes dans la Voix de l’Algérie et que cette voix émettait de Mars et non du Caire…

Que Fernand Yveton, Maillot, les Chaullet, Mandouze et les membres du réseau Janson n’ont rien apporté à la Révolution.

Que Boulahrouf, M’Hammed Yazid, Ait Ahmed (il n’a ramené aucune arme (sic)) faisaient du tourisme en allant de capitale en capitale.

Que El Moudjahid était une revue de mots croisés.

Que Sakiet Sidi Youcef est une vue de l’esprit.

Que les 300 guillotinés de Mitterrand sont un autre mensonge arabe.

Que les lignes Challes et Morice allaient de Ouaguenoun à Azzazga et retour.

Que Moufdi Zakaria a composé un hymne à la gloire de Ghardaïa.

Qu’il faisait bon vivre au temps béni des colonies au Titteri, dans l’Ouarsenis, la Saoura, le Dahra, Les Hauts Plateaux, les Oasis, l’Oranie et le Sersou…

Et que l’indépendance de ce pays n’a été arrachée que grâce aux sous récoltés par ses grands-parents…

A supposer que cela soit vrai, reconnaissons qu’en ce qui le concerne, « le feu ne laisse que cendres froides » et tirons la chasse…

Mohamed Adjou

1 Comment

  1. Ali Chaïb CHERIF

    Merci monsieur Mohamed Adjou mais avant de tirer la chasse, je vous demande si votre ami Uccay avait écrit son article dans une cellule d’asile psychiatrique ou bien s’est-il égaré dans le désert de notre vaste Sahara et que la soif l’a mené jusqu’au délire. S’il est encore de ce monde, il faut le sauver pour l’interner avant qu’il ne fasse encore plus de dégât.

Leave a Reply