Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Chroniques, Education - formation., Histoire, Philosophie des sciences - Sciences- Recherche scientifique -

Yacine Foudala -Du déterminisme historique

Le concept de déterminisme historique puise ses origines dans une réflexion sur le Temps et sur l’Histoire, qui remonte à l’Antiquité.
Ici une représentation de Chronos, une divinité grecque primordiale, personnifiant le Temps et le Destin (Gênes, Italie, fin du XIXe siècle).

Par Yacine Foudala

Publié mardi juin 2021

Du déterminisme historique

Si l’on questionnait l’héritage que nous ont légué les anciens à travers la longue tradition humaine et sociale, du premier homme au contemporain, des sociétés primitives aux temps modernes. Si l’on étudiait l’espace et le temps avec les outils, instruments et méthodes de notre siècle, si l’on observait avec attention les avancées spectaculaires des sciences techniques et pratiques à travers les âges, si l’on décortiquait les lumières et archaïsmes éclairant ou sclérosant le développement de l’humanité, si l’on interrogeait les croyances et mythologies, qui se sont à tel point ancrées dans les structures mentales et imaginaires collectifs qu’elles sont devenues sources de maint conflits dévastateurs, si l’on disséquait les us et coutumes des groupes ethniques réagissant différemment à leurs environnements directs et aux évènements auxquels ils ont dû faire face, si l’on critiquait les multiples systèmes de valeurs morales religieuses ou profanes prêchés habilement par des prophètes, hommes de pouvoir ou penseurs influents, tout en déduisant les raisonnements et pratiques révolutionnaires-progressistes ou rétrogrades qui ont pu en découler. Si l’on cherchait les modes de fonctionnement des cités fastueuses et des populations rurales et reculées contraintes à servitude ou solitude, si l’on expliquait les relations de domination territoriale, régionale, ou mondiale, ainsi que les vecteurs incitant les tribus, régions, pays, et confédérations à imposer leur autorité voire hégémonie sur ceux qui ont été privés de tout moyen de riposte, mais qui arrivent quand même, en dépit de toutes les difficultés à mener des luttes à mort contre leurs agresseurs. Si l’on déconstruisait les systèmes économiques ayant fait les beaux jours des empires et des grands propriétaires qui ont -Quel hasard !- de tout temps associé leurs énergies pour asservir la plèbe, la populace, si l’on cherchait à comprendre le cheminement de la pensée philosophique, ses prolongements nécessaires et ses sèches ruptures, si l’on arrivait à lire l’histoire de manière moins partisane et passionnée pour ainsi comprendre que les problèmes que les nations et sociétés vivent sont d’une complexité inaccessible aux adeptes des raccourcis et analyses simplistes qui ne peuvent entrevoir qu’un pan de réalité répondant à leurs problématiques propres. Si l’on retraçait l’expansion des empires anciens et actuels, qui s’essoufflent puis déclinent ou même disparaissent, il deviendrait tout à fait clair et évident que les grands bouleversements socio-politiques survenus à travers les âges soient une résultante de faits déterminés par les conditions et exigences de leur temps, par les mouvements conjugués et successifs ayant tous d’une façon ou d’une autre leur empreinte dans l’accélération ou le retard de développement des peuples et des civilisations.

Yacine FOUDALA.

Leave a Reply