Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Algérie Politique, Chroniques

Said Radef -Le 12 juin. Une élection pour barrer la route aux Karzai, Chalabi, Hafter… aux fonctionnaires de l’opposition, aux chefs de tribus et autres Bachagha réactualisés.

Le 12 juin

Une élection pour barrer la route aux Karzai, Chalabi, Hafter… aux fonctionnaires de l’opposition, aux chefs de tribus et autres Bachagha réactualisés.

Par Said Radjef

Publié le 1 juin 2021

L’Algérie n’est pas une dictature, un camp de concentration, d’extermination…Il n’y a pas non plus de Himler, de Theodor Eicke…dans les rangs de l’ANP.

L’Algérie est le pays le plus scolarisé de l’hémisphère Sud avec plus de trois millions de bacheliers et 60 000 chercheurs universitaires.

L’école Algérienne produit et alimente les plus grandes universités d’Europe et d’Amérique. Tous les enseignants ou presque, du primaire à l’université, ont au moins un logement, un véhicule tout neuf…Une chose est sûre: l’école avec toutes les tares dont l’accable (juste pour la privatiser) n’est pas en panne de cerveaux…

Une élection pour redémarrer à zéro…ou l’urgence du renouvellement des élites pour sortir de la fièvre des faux semblants, de la désinvolture, de la complaisance… Cependant, culturellement, intellectuellement, politiquement, artistiquement…l’Algérie qui émerveille et fascine le monde par la qualité du produit de son école, n’a aucune vie; elle est totalement désintégrée. Alors que la classe politique regorge de Karzai, de Chalabi, de Hafter, de docteurs Petiot, de chefs de tribus, de nouveaux Bachagha…qui n’arrêtent pas de se prosterner devant les ONG, l’Algérie de Med Dib, de Mammeri, de K Yacine, de Benbadis, de Fanon, d’Arkoun, de Benabi, d’Al Anka, d’Issiakhem, … a cédé la place à K Daoud, à Y Khadra, à Sençal, aux Emirs de la laïcité et de l’Islam, Cheikh Sahnoun, A Japonais, Bonatiro, à la presse qui a le courage de dire et la force d’agir, aux chouaffates toutes options…

Depuis la mort de Med Dib, Mammeri, K Yacine, de Cheikh El Hasnaoui, Ahmed Wahbi, Mustapha Badie…l’Algérie est tombée en pleine dégénérescence intellectuelle, culturelle, politique, artistique…L’Algérie est incapable de produire la moindre œuvre…alors qu’elle compte plus de 60 000 chercheurs universitaires.

Des opposants et révolutionnaires milliardaires incapables d’aligner correctement une phrase sont contre le scrutin du 12 juin prochain. Pourquoi ?

L’Etat ne doit plus avoir peur de l’intelligence, du génie, de l’art, du talent…Il doit ici et maintenant ouvrir les portes à la concurrence loyale. Le 12 juin est une occasion…pour mettre un terme aux Karzai toutes options.

Said Radjef

1 Comment

  1. Ali Chaïb CHERIF

    Ceux qui sont contre la tenue des élections, quel qu’en soit le sujet, justifient leur position par le fait qu’elles sont truquées et le résultat en est connu d’avance, seulement ils ne proposent rien en échange. En réalité, ils ne veulent rien d’autre qu’imposer au peuple leur choix c'(est à dire leur propre dictature. A mon avis l’Etat est trop conciliant avec cette frange au comportement infantile. Il y a des limites à ne pas dépasser, trop c’est trop.

Leave a Reply to Annuler la réponse