Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Algérie Politique, Chroniques

Rachid Malik-Pestiférée et renvoyée de la marche du vendredi à Tizi-Ouzou Assoul et le PAD jetés en pâture

Pestiférée et renvoyée de la marche du vendredi à Tizi-Ouzou

Assoul et le PAD jetés en pâture !

Par Rachid Malik

Publié le samedi 29 mai 2021

Les semblants démocrates de pacotille qui ne voient en démocratie que ce qui est décrété et expression d’un nombrilisme despotique, viennent d’essuyer des coups après coups à cause de leur opportunisme et lâcheté politiques.

Il est des situations politiques qui ne ressemblent pas aux expériences précédentes même si cela est de même essence et appartenance politico-idéologique et doctrinale.

C’est le cas du conglomérat du PAD et ses animateurs qui ont surfé sur le mouvement populaire spontané pour le teinter de leur couleur.

Zoubida Assoul en fait partie de cette expérience digne d’une ambivalence politique des plus anachroniques. Elle fait partie du PAD et du « Hirak » en adoptant pêle-mêle la chose et son contraire.

C’est l’attitude du PAD dont l’hybridité politique et la caractéristique manifeste et saillante.

Assoul qui portait et elle porte la revendication de la « transition » et de « l’Etat civil et non militaire » vient de recevoir une tannée à Tizi-Ouzou lors de la marche du vendredi. Elle a été traité de tous les noms d’oiseaux. La symbolique de cet acte est surtout liée à l’endroit lui-même qui devrait normalement être considéré comme espace de la « différence » et de la « diversité » dans les idées et l’esprit démocratique censé animer les citoyens et les citoyennes de ladite ville de l’Algérie.

Qui aurait cru que ceux et celles qui faisaient propager les slogans hostiles au pouvoir en place en galvanisant les gens dans la rue aller connaître un sort humiliant de la part des mêmes gens de la rue en les insultant avec les mêmes slogans?*

Cette situation renseigne sur les tiraillements et la volonté de certaines nébuleuses de récupérer le mouvement populaire en le dotant des énoncés et d’un contenu unilatéral et despotique.

L’affaire du Assoul et compagnie est révélatrice d’une réalité politique qui devrait servir comme cas d’école. Il ne faut jamais obéir aux plans opaques des forces obscures et des organismes étrangers dont les tenants et les aboutissants dépassent de loin la démarche simpliste et d’ordre d’instrumentalisation desdits quidams qui ne sont que des sherpas des officines étrangères.

Les semblants démocrates de pacotille qui ne voient en démocratie que ce qui est décrété et expression d’un nombrilisme despotique, viennent d’essuyer des coups après coups à cause de leur opportunisme et lâcheté politiques. On ne construit pas un consensus avec une organisation obscurantiste aux ramifications internationales. On ne parraine pas l’islamisme mortifère au point où on l’implique dans un processus démocratique par la bénédiction de ceux et de celles qui veulent dénaturer et déformer y compris le travail politique en rapport avec la convergence démocratique et de l’action commune.

Assoul et le PAD ont légitimé la nébuleuse du Rachad en signant la charte qui entérine l’acceptation de cette organisation islamiste qui n’est autre que l’ex-FIS dissout.

Aujourd’hui, la dislocation est visible, l’émiettement se fait sentir clairement. Les semblants démocrates ont porté un coup sévère à l’approche et la convergence démocratique en recourant à des alliances contre natures. Le résultat est là, c’est celui d’une trahison à grande échelle dont les conséquences sont drastiques quant à l’émergence d’un pôle démocratique avec un projet de société bien défini et délimité.

On ne recourt pas à des saltimbanques et des attitudes troubles pour justifier un semblant de présence sur la scène politique quitte à sacrifier le projet démocratique sur l’autel de la compromission avec les fossoyeurs de la démocratie et de l’Etat national moderne.

Le paradoxe dans l’affaire de Assoul à Tizi-Ouzou, c’est que a été renvoyer de la marche et huée par des gens qui utilisent les mêmes slogans antinationaux dont elle faisait recourt.

Il fallait s’y attendre, la nature à horreur du vide, quand on suit les chants des sirènes.

Le PAD et les « chantres » de la période de transition doivent maintenant se ressaisir et comprendre que le tintamarre et le tapage ne sont pas synonyme d’un ancrage politique au sein de la société. L’agitation et le jeu des trouble-fêtes n’ont jamais construit un projet de société et combien même un Etat.

Rachid Malik

Leave a Reply