Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Lutte de libération nationale., Palestine, USA

Caitlin Johnstone – Les États-Unis ne sont pas une marionnette d’Israël, Israël n’est pas une marionnette des États-Unis : c’est un empire.

Près de 200 000 manifestants ont participé à une manifestation pro-palestinienne dans le centre de Londres.

Les États-Unis ne sont pas une marionnette d’Israël, Israël n’est pas une marionnette des États-Unis : c’est un empire.

Par Caitlin Johnstone.

Publié le 25 mai 2021

Près de 200 000 manifestants ont participé à une manifestation pro-palestinienne dans le centre de Londres samedi après-midi, un autre signe clair que le soutien aux droits des Palestiniens devient de plus en plus courant et que les impérialistes perdent le contrôle du récit d’Israël.

La conséquence réelle de cela est que les gens vont commencer à perdre confiance dans le gouvernement et les institutions médiatiques qui soutiennent Israël. Sans confiance, l’empire ne peut pas faire de la propagande, et sans la capacité de nous noyer dans la propagande, nos dirigeants ne peuvent pas gouverner. Il n’y a aucun risque pour Israël de perdre le soutien des États-Unis au cas où le gouvernement américain se découvrait soudainement une conscience ou écouterait ses électeurs, cela n’arrivera pas, mais perdre le contrôle du récit pose un problème majeur pour l’empire. L’image de quelqu’un va devoir changer, et ces changements pourraient finir par profiter aux Palestiniens.

Nous voyons déjà cette campagne de gestion de la narration entrer en jeu, car les médias grand public autorisent désormais certaines critiques sérieuses d’Israël. Cela est fait de manière cynique pour éviter que les gens ne perdent confiance dans les institutions de propagande, mais cela a également des effets réels qui peuvent bénéficier à des personnes réelles. C’est un bon exemple de la manière dont l’élargissement de la conscience est toujours bénéfique, même pour les institutions les plus dépravées. Plus le public est conscient des dynamiques de pouvoir impériales abusives, moins l’empire peut s’en tirer facilement. La perte de contrôle de l’empire sur le récit est toujours une bonne chose.

La partenaire de Julian Assange, Stella Moris à la marche de solidarité avec la
Palestine à Hyde Park, Londres. « Julian a publié des déclarations de responsables
du gouvernement israélien qui ont été prononcées à huis clos ».

Alors que la critique des malversations d’Israël prend de l’ampleur, il en va de même pour les tentatives d’analyser exactement le rôle d’Israël sur la scène mondiale et pourquoi il reçoit autant de soutien de la part des États-Unis. Certains disent qu’Israël est un État vassal de Washington, servant d’avant-poste militaire américain fonctionnel dans la région la plus riche en ressources de la planète. D’autres disent que c’est l’inverse, citant l’influence du lobby israélien à Washington et se lançant souvent dans des absurdités sur les juifs qui gouvernent le monde.

Tout cela est né d’une compréhension immature de ce que sont les nations et de la manière dont elles fonctionnent au sein de l’alliance de pouvoir centralisée aux États-Unis qui fonctionne comme un seul empire en matière de politique étrangère.

Les États-Unis ne sont pas une marionnette d’Israël, et Israël n’est pas une marionnette des États-Unis. Dire que l’un est la marionnette de l’autre, c’est comme dire que l’Ohio est la marionnette du Nevada ; ce sont tous deux des États membres du même empire non déclaré dirigé par des rois non couronnés qui utilisent les gouvernements comme des armes pour tuer et voler.

Les frontières entre les nations au sein de l’empire centralisé américain ne sont pas plus réelles que les gouvernements officiels élus de ces nations. Il ne s’agit que d’une seule structure de pouvoir unifiée qui utilise tous les récits dont elle a besoin pour justifier la poursuite de sa campagne de domination de la planète entière.

Les nations sont des constructions conceptuelles qui n’ont aucune existence
indépendante en dehors de l’imagination humaine. Dire qu’Israël a le droit d’exister,
c’est comme dire que Bugs Bunny a le droit d’exister, même si vous deviez tuer
un tas d’enfants tous les deux ans pour pouvoir garder Bugs Bunny en vie.

Il n’y a pas de nations distinctes et souveraines au sein de l’alliance de pouvoir centralisée aux États-Unis. Les lignes imaginaires tracées entre les nations sont des illusions de performance pour les petites gens ; elles ne s’appliquent pas à l’alliance transnationale des ploutocrates et des agences gouvernementales qui dirige réellement les choses. Cette alliance centralise une grande partie de sa puissance de feu militaire, financière et diplomatique autour de la construction conceptuelle connue sous le nom des États-Unis, mais le comportement réel de l’empire est déterminé par l’alliance, et non par le gouvernement américain.

Il n’y a pas de véritable « Israël » ou « États-Unis », il n’y a qu’un seul empire. Le lobbying, le soutien financier, la propagande, etc. ne sont que quelques-uns des éléments nécessaires pour maintenir ensemble un empire qui n’existe pas officiellement. L’empire utilisera n’importe quelle idéologie pour faire avancer les intérêts impériaux, qu’il s’agisse du sionisme, du fondamentalisme chrétien, de la suprématie blanche, de l’extrémisme islamique ou du progressisme woke. Ce ne sont que des récits pour faire avancer l’empire, car c’est ce qui est nécessaire dans un empire non reconnu et non officiel.

Dans l’ancien modèle d’empire, un empereur se contentait de donner des ordres et de maintenir l’empire ensemble ouvertement. Dans ce nouveau modèle d’empire, où les États membres impériaux conservent officiellement leur drapeau et leur gouvernement mais perdent leur souveraineté, l’empire est maintenu par un contrôle narratif.

Il n’y a pas un seul gouvernement en charge de tout cela ; les gouvernements officiels élus ne sont pas ceux qui détiennent le véritable pouvoir. La structure réelle du pouvoir se cache et n’a pas de comptes à rendre, car elle a vu ce que les masses peuvent faire aux dirigeants oppressifs qui portent des couronnes dans les temps modernes :

Au lieu de cela, les oligarques gouvernent maintenant dans les coulisses en collaboration avec des agences gouvernementales opaques et non responsables, parce que l’humanité est devenue trop consciente pour tolérer des dirigeants affichés. Ils utilisent la manipulation narrative pour maintenir l’empire dans l’alignement de leurs intérêts.

L’antidote à cette dynamique est bien sûr de continuer à devenir plus conscient, d’apprendre ce qui se passe dans notre monde et de faire connaître ce que nous avons appris. Leur travail consiste à garder la vérité cachée et inconsciente, tandis que notre travail consiste à aider à rendre la vérité visible pour tous. Celui qui gagnera déterminera notre destin en tant qu’espèce.

Les nations, comme tant d’autres choses dans notre monde, sont des constructions conceptuelles sans existence indépendante en dehors de l’imagination humaine. Ce qui est réel, ce sont les armes, les explosions, les traumatismes par balle et le déplacement des ressources d’une région à une autre. Tout le reste que vous voyez dans les nouvelles n’est qu’un récit mental promulgué à grande échelle pour manipuler les gens afin qu’ils acceptent ces mouvements. Notre travail consiste à aider les gens à percevoir ce qui est réel sous toute cette gestion narrative.

Caitlin Johnstone.

source : https://caityjohnstone.medium.com

traduit par Réseau International

Leave a Reply