Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Algérie Politique, Chroniques, Impérialisme

Rachid Malik-Ils sont grillés et vomis par la vox populi-Les agents agréés de l’Otan aux abois

Ils sont grillés et vomis par la vox populi-Les agents agréés de l’Otan aux abois

Mardi 4 mai 2021

Par Rachid Malik

En Algérie les jeux sont démasqués, il est trop tard pour trouver une autre formule semblable à « la pierre philosophale » dans le but de rebondir avec une autre feuille de route.

Les thuriféraires des puissances étrangères et leurs officines croient dur comme fer que le changement à travers les porte-avions de l’Otan est la voie « salutaire » pour les Algériens et les Algériennes. Cette voie aussi perfide que destructrice se résume dans la transition « démocratique », un énoncé fumeux et attrayant dès l’entame, mais le contenu qui ne veut pas afficher ses tenants et ses aboutissants cache un aspect que seuls les représentants des nébuleuses et des forces obscures connaissent l’objectif essentiel qui se dissimule derrière cette semblant de solution, à savoir la « transition ».

Lesdits représentants autoproclamés d’un « changement » déterminé et conçu dans les laboratoires et des officines étrangères sont désavoués, c’est là où l’enjeu devient plus abracadabrant et délicat pour eux, il s’agit d’un plan qui n’a pas pu trouver une brèche pour enclencher la première étincelle visant la propagation de l’incendie et le chaos dans le pays.

La « printanisation » à la Libyenne a permis à la Syrie de tirer profit de l’expérience de l’Otan et ses satellites et valets dans les pays concernés par des « pronunciamiento » édulcorés et estampillés du nom de la « démocratie » et le « printemps ».

L’ingérence éhontée et tangible des puissances étrangères dont la cupidité expansionniste et impérialiste est devenue saillante et palpable a permis aux peuples visés et ciblés de cerner et déceler aussi les objectifs inavoués desdites puissances qui n’interviennent pas d’une manière classique comme c’était le cas auparavant. Elles usent de la manipulation des agents de l’intérieur pour réaliser ses objectifs de déstabilisation, c’est une guerre invisible, une guerre de quatrième génération où la toile est souvent instrumentalisée pour faire dans la diversion et la propagande mensongère en ciblant les crédules.

En Algérie les jeux sont démasqués, il est trop tard pour trouver une autre formule semblable à « la pierre philosophale » dans le but de rebondir avec une autre feuille de route.

Les plans des officines étrangères se faisaient mijoter depuis deux décades dans les chancelleries en faisant des recrutements et en motivant via des bourses dédiées à la « formation » pour devenir « démocrate » et participer dans le « changement » qu’aspire le pays concerné à travers ses nouveaux messies sortant tout fraîchement des instituts coiffés et encadrés par des organismes agissant sous les directives et les auspices de la CIA et autres officines et structures occultes.

L’Algérie n’est pas une entité hétérogène, elle est un Etat qui s’est forgé dans le feu des luttes relevant du combat de libération nationale, c’est ce qui a donné la nation algérienne cette cohésion nationale émanant du sacrifice pour le recouvrement de la souveraineté et l’indépendance nationales.

L’Etat se confond d’une manière organique avec son institution militaire considérée comme sa colonne vertébrale et son bras séculier face à toute menace visant son affaiblissement ou sa dislocation dans le cadre des luttes inter-impérialiste qui se déroulent sous nos yeux dans le monde.

Les mercenaires qui ont infiltré le mouvement populaire du 22 février 2019 sont dans une situation inextricable sur le plan politique. Ils savent que les dés ont été bel et bien jetés et leur mission a échoué dès l’entame de la mobilisation historique pour déboulonner l’oligarchie et ses symboles et l’exigence de la démission de l’impotent président qui allait être consacré pour la cinquième fois.

Cet élan populaire a dépassé la classe politique qui était en berne pendant des décennies, mais elle a aussi dépassé ceux qui voulaient l’instrumentaliser et l’imbiber dans le sillage des « printemps arabes » et les nébuleuses sous toutes ses couleurs et expressions antinationales et aux services des forces étrangères.

Malgré certaines vociférations que l’on entend ici et là, il faut se dire que le danger est loin grâce à la vigilance des algériens et des Algériens qui ont compris que l’enjeu de la patrie et de son salut est le seul leitmotiv qui mérité d’être engagé et entamé. C’était le cas lors de l’historique mobilisation du 22 février 2019.

Aujourd’hui, l’Algérie et son peuple aspirent à la stabilité et au développement pour redonner aux valeurs du travail et de la compétence et le patriotisme tout son sens, plein et entier.

Rachid Malik

1 Comment

  1. Ali Chaïb CHERIF

    Cette analyse très perspicace met à nu la stratégie de nos ennemis, il faut trouver le moyen de la divulguer sur le plan le plus large possible

Leave a Reply