Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Algérie Politique, Géostratégie, Impérialisme

Rachid Malik-Les guerres impérialistes du XXIe siècle sont une réalité – L’Algérie maintient sa vigilance

Les guerres impérialistes du XXIe siècle sont une réalité

L’Algérie maintient sa vigilance

Dimanche 25 avril 2021

Par Rachid Malik

La lutte anti-impérialiste s’inscrit dans cette optique de défense des peuples qui paient les frais d’un système international basé sur l’injustice et l’accumulation du profit tous azimuts au détriment du développement humain, à savoir le capitalisme financier source de la régression économique mondiale et des guerres sur fond de recolonisation et de reconquête.

À ce propos, l’Algérie est consciente des enjeux, des conséquences de la crise internationale et du spectre de l’hégémonie qui se manifeste aujourd’hui avec ostentation même. La défense de ses frontières et de sa souveraineté est devenue une tâche première et une priorité névralgique pour la sauvegarde de l’État-nation.

Le monde célèbre la Journée internationale de la lutte anti-impérialiste. Cette journée chargée de combat et de mobilisation des peuples contre le système impérialiste et ses guerres, est exprimée dans un contexte des plus critiques que traverse le monde entier. Il s’agit de la pandémie de Covid-19 et ses ravages au plan de la santé publique, et aussi sur le plan économique et social dont la géopolitique est en train de prendre une tournure plus corsée et délicate quant au monde de l’après-Covid-19 et le retour de l’impérialisme dans son expression la plus macabre et éhontée.

Cette journée internationale qui coïncide avec le 24 avril de chaque année, rappelle les peuples et les pays qui se sont battus pour le recouvrement de leur souveraineté et de l’indépendance nationales que les luttes à venir seront plus rudes et plus difficiles dans la mesure où la mondialisation et son idéologie néolibérale effrénée et sauvage sont en train de redistribuer les cartes du monde selon l’approche de domination et d’exploitation relevant de la logique de mainmise et d’hégémonie à outrance sur les pays dont les richesses naturelles et le positionnement géostratégique constituent la caractéristique de choix aux yeux des prédateurs impérialistes qui ont changé leur sémantique, mais le fond et le contenu se sont durcis davantage, voire ont pris un caractère plus sauvage et inhumain à la fois.

Les indépendances des pays souverains au niveau de l’Amérique latine, du Moyen-Orient et du continent africain sont plus que jamais menacées par l’hydre impérialiste incarnée par les Etats-Unis et ses alliés de l’Europe comme c’est le cas pour la France vieillissante et la Grande-Bretagne qui ne lésinent devant rien pour retrouver leurs anciennes «colonies» dans le cadre d’un empire qui s’est complètement émietté et effrité à l’aune de la nouvelle recomposition de l’échiquier du monde et ses nouvelles contradictions dont l’enjeu de la Chine et le retour de la Russie sur l’échiquier international ont complètement brouillé les cartes de l’impérialisme américain et ses sbires de par le monde. Cette reconfiguration du monde engendrera des crises et des conflits profonds et gravissimes même, les pays dont la souveraineté sur leurs potentiels naturels et leurs richesses énergétiques et autres, sont appelés à redoubler leurs efforts pour défendre leurs entités nationales et leurs frontières. Il y va de leur existence en tant qu’Etats-nationaux.

La lutte anti-impérialiste s’inscrit dans cette optique de défense des peuples qui paient les frais d’un système international basé sur l’injustice et l’accumulation du profit tous azimuts au détriment du développement humain, à savoir le capitalisme financier source de la régression économique mondiale et des guerres sur fond de recolonisation et de reconquête.

À ce propos, l’Algérie est consciente des enjeux, des conséquences de la crise internationale et du spectre de l’hégémonie qui se manifeste aujourd’hui avec ostentation même. La défense de ses frontières et de sa souveraineté est devenue une tâche première et une priorité névralgique pour la sauvegarde de l’Etat-national. Cela ne se fait pas en solo, l’impérialisme s’attaque aux faibles, mais il a peur des forces organisées et des Etats dont le cap s’inscrit en porte-à-faux par rapport à la logique prédatrice et dominatrice des Etats incarnant l’impérialisme et le diktat du plus fort. Dans ce sens, le dirigeant anti-impérialiste de l’Amérique latine, Hugo Chavez en l’occurrence, affirmait: «Je n’attaque pas le président Bush. Simplement, je contre-attaque. Bush a attaqué le monde et pas seulement avec des paroles. Avec des bombes! Quand je prononce ces mots, je crois que je parle pour beaucoup de gens. Eux aussi croient le moment venu de stopper la menace de l’Empire US, qui utilise les Nations unies pour justifier ses agressions contre la moitié de la planète.» Effectivement, les puissances étrangères utilisent et instrumentalisent les organisations internationales comme les Nations unies et d’autres institutions régionales pour affaiblir et légitimer l’ingérence contre d’autres pays membres desdites organisations internationales et régionales.

L’Algérie n’est pas en reste de ce genre de menaces, l’Algérie est un grand pays qui dispose de potentiel naturel extraordinaire et d’un positionnement géostratégique suscitant les convoitises.

C’est pour cette raison que l’Algérie ne peut qu’être hostile à l’impérialisme et ses visées expansionnistes et de reconquête.

Rachid Malik

Leave a Reply