Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Algérie Politique, Algérie questions culturelles., Education - formation.

Mohamed Achir-Mon opinion: Le boycott ne saurait être une solution.

Le boycott ne saurait être une solution.

Considérant que le boycott  ne saurait influencer notablement sur le changement du système et ses mécanismes de fonctionnement, j’ai défendu aujourd’hui au conseil national du FFS l’option de la participation aux élections législatives prochaines.

Gagner  des espaces et les transformer en instruments de politisation de la société est un enjeu majeur de l’exercice politique de l’opposition.

Je considère également que la participation ne peut être que politique et tactique, voire une responsabilité historique pour le parti dans son bastion, la Kabylie.

Cette région du pays est réduite politiquement à un champ de manœuvres multiples et surtout en un terrain de chantage et de confrontation des clans informels qui disputent le contrôle de la rente et de la société.

Le FFS n’a jamais cautionné ou soutenu les  règlements de comptes entre les tenants du système, ses exclus et les monstres qu’il a fabriqués.

L’agenda du FFS a été toujours guidé par les référents historiques de son fondateur Hocine Ait Ahmed, en l’occurrence la construction d’un État National démocratique et social et la préservation de l’unité nationale.

C’est une conviction pour moi et je publie mon opinion pour tenir informer les militantes et les militants de ma position que j’assume entièrement.

Et je respecte toutes les opinions politiques et les avis défendus par les uns et les autres.

Le FFS est un grand parti, mais l’Algérie est encore plus grande.

Mohamed Achir.

Source :

https://www.facebook.com/mohamed.achir.775/posts/928170768011413

Avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Leave a Reply