Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Arts et littérature., Chroniques

MOHAMED ADJOU – La poste et la pension de retraite : « Koull 3otla fiha khir »

« Koull 3otla fiha khir »

Lundi 22 mars 2021

Mohamed Adjou

Le virement de la pension de retraite a été effectué le 17 mars… Nous sommes le 22… La poste centrale de notre commune étant en réfection depuis près d’une année, j’ai fait comme d’habitude celles de Kadiria, Lakhdaria, Béni Amrane et Souk El Had… Le mercredi, le samedi et le dimanche.. J’en suis revenu bredouille car à chaque fois c’était plein de monde où vide.. de liquidités…

Aujourd’hui lundi 22 mars j’ai refait tout le parcours du c…battu… A Kadiria il y avait foule… Je suis rentré au centre de paiement et j’ai fait du pouce et de l’index le signe conventionnel par lequel on parle d’argent en langage des signes.. un des hommes qui attendait me répondit par un haussement d’épaule résigné et une dénégation de la tête…

A Lakhdaria, j’ai préféré le petit centre de paiement du quartier Hazzama au nord de la ville car on trouve moins de monde et surtout, pas de parkingueurs gourdinisés… Là je n’ai pas eu besoin de descendre de voiture pour comprendre que c’était vain d’espérer quelque chose: deux longues files, l’une de femmes, l’autre d’hommes sortaient du poste et arrivaient presque a le ceinturer…

Je résolus de descendre en droite ligne jusqu’à Souk El Had…Arrivé sur les lieux, et à la vue de l’agence postale vide, je compris que ce serait trop beau… Et effectivement c’était trop beau… A mon geste du pouce et de l’index, la préposée, de derrière son guichet, me répondit par le geste conventionnel du «  »non » » , de l’index et sans lever la tête…

Je revins donc vers Beni Amrane… Il était 2h40… A mon geste du pouce et de l’index, une jeune fille qui attendait son tour de passer au guichet hocha la tête de haut en bas puis de bas en haut…Je pris mon ticket… Il portait le numéro 475 et le tableau lumineux indiquait 365… Je m’adossai à un module de boîtes postales faute de place sur les deux bancs dont l’un avait le pied brisé et je pris mon mal en patience et voyant défiler les numéros… Il y eut deux coupures de courant qui furent accueillies par des OOOH ! Exaspérés de la salle et des AAAH ! de réconfort quand le courant se rétablissait et l’attente dura jusqu’à 16h45…Nous étions arrivés au numéro 465 quand nous vîmes se lever celui qui devait être le chef de bureau… Il nous fit une sorte de salut des deux mains … Deux demi cercles partant de la tête et arrivant à la ceinture et cette fois ci il prononça quand même deux mots:  »Khlassou Eddrahem ! »…

Nous sortîmes du bureau de poste en ordre parfait sans crier, sans fulminer, sans gesticuler… A ma femme qui m’avait accompagné et qui était restée dans la voiture et qui me vit venir les bras ballants je dis avec mon air le plus sérieux…- makach !…

Mais el hamdullah !… Nous avons perdu quelques heures de notre temps mais nous avons quand même gagné quelque chose…- kifach ?… Wach Rak t’goul ?- Oui… En nous retenant tout ce temps dans la poste pour enfin nous renvoyer bredouilles, on nous a peut être évité qu’un camion ne vienne emboutir notre voiture et peut être nous envoyer as pâtre…

Koull 3otla fiha khir…Et nous rentrâmes chez nous, heureux de nous en être sortis à bon compte…..

Mohamed Adjou – DjebahiaPublié le 22 mars 2021

htpps://comment-taire10.blogspot.com/2021

Leave a Reply