Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Arts et littérature.

Yacine Foudala : Cette modernité…(poème)

Cette modernité…

Yacine Foudala .

Cette modernité dont ils sont fiers nous tue à petit feu,

Elle nous déchire,

Et coupe les ponts que nous avons construits de nos propres mains,

Durant les temps anciens,

De fraternité,

Cette modernité veut faire de nous;

Homme libres,

Des serviteurs zélés,

Des esclaves muets,

Des ombres désolées,

Aux habitudes monotones,

Aux goûts insipides,

Aux regards langoureux,

Aux sentiments dépités,

Nous devenons par la force des choses,

Des inconnus l’un pour l’autre,

Et l’un pour l’un,

Et l’autre pour l’autre,

C’est étrange, peut-être même dégradant,

Mais je l’échangerais volontiers,

Contre des plaisirs simples,

Plaisirs dont nous nous délections autrefois,

Et qui, dans mes plus doux souvenirs,

Nous grisaient de bonheur,

Pour un temps certes,

Pour un temps seulement,

Mais c’était assez pour vaincre l’ennui,

Qui allait s’abattre sur nous sans le moindre bruit,

Inconsciemment nous l’attendions,

Il ne tardait jamais à se manifester,

Et c’était tant mieux d’ailleurs,

Comme la nuit est pour le jour nécessaire,

Autant qu’il l’est pour elle,

iIs sont l’un à l’autre fidèles,

Dans leur délicieux amour,

Ils s’attendent tous les jours,

Pour s’étreindre avec passion,

Juste le temps d’un crépuscule,

Expression divine,

Suavité éternelle,

Et nous dans tout ça,

Nous attendons la prochaine échéance,

Dans la dignité et la patience,

Vivre c’est être en marge de la linéarité qu’on nous impose,

Alors moi je ne veux plus d’elle,

J’ai fait le choix de vivre en marge,

De vivre mes émotions,

Parfois hautes,

Parfois basses,

Je dessine des courbes ascendantes puis descendantes,

Puis descendantes et ascendantes,

Et ainsi de suite,

Dans un perpétuel mouvement sinusoïdal,

Je ne pense pas que la vie puisse être écrite sur une ligne,

Même pas sur plusieurs,

Il y a des choses qu’on ne peut dire,

Il y a des choses qu’on ne peut écrire,

Qu’on ne peut décrire,

Qu’on ne peut saisir,

Elles sont là,

Gravées en nous,

Elles nous inspirent,

Nos secrets désirs,

Tantôt un sourire,

Tantôt un soupir,

Je dessine les courbes,

D’une vie intrépide,

Aux couleurs de l’aube,

Et des ciels limpides,

Pour un temps certes,

Pour un temps seulement,

Mais je m’en contente,

En attendant, en attendant…

Yacine Foudala. Alger le 11 mars 2021.

Leave a Reply