Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Géostratégie, Questions internationales., Russie, Uncategorized, USA

Biden s’apprête à infliger des dommages à l’Eurasie

par M.K. Bhadrakumar.

Mikhaïl Gorbatchev, dans une interview spéciale accordée lundi à l’agence de presse Tass, a adressé un message poignant au Kremlin en appelant au renforcement de l’Union économique eurasiatique et de l’Organisation du Traité de Sécurité collective, ainsi qu’au rétablissement des relations avec les anciennes républiques soviétiques qui sont « en désaccord » avec Moscou.

Gorbatchev a rappelé qu’il avait déclaré à de nombreuses reprises dans le passé que l’Union soviétique aurait pu être préservée « à condition qu’elle soit modernisée et réformée et que les républiques se voient accorder de larges droits et une réelle souveraineté ». Il a souligné qu’un programme de régénération est « vitalement nécessaire » aujourd’hui.

En effet, à aucun moment depuis la naissance de la Fédération de Russie, le paysage eurasien n’a paru aussi sombre et menaçant qu’aujourd’hui. La périphérie occidentale de la Russie est dans un état de forte turbulence.

L’Ukraine ne s’est jamais vraiment stabilisée après le changement de régime en 2014. Les choses ont empiré à bien des égards : corruption généralisée, vénalité, dysfonctionnement du système politique et pauvreté. Ce qui était l’une des régions les plus prospères de l’ex-URSS est en déclin. Les partisans de la révolution de couleur de 2014, venus des États-Unis et d’Europe, n’ont aucun intérêt à construire une nation. Tout ce qui compte pour eux, c’est que l’Ukraine soit devenue une colonie américaine, animée d’un vif désir de s’opposer à la Russie.

Des conversations transparentes entre Washington et Moscou sont nécessaires sur l’avenir viable de l’Ukraine en tant que territoire neutre où les intérêts occidentaux et russes peuvent cohabiter. Moscou est ouvert à un modus vivendi, mais l’intérêt de Washington va dans le sens opposé, comme le montre le rôle joué par Kiev dans l’agitation actuelle en Biélorussie voisine.

Les choses ne peuvent qu’empirer sous la direction du président Joe Biden. Le Pentagone a annoncé lundi une nouvelle enveloppe de 125 millions de dollars pour la fourniture « d’armes défensives létales pour permettre à l’Ukraine de se défendre plus efficacement contre l’agression russe », en plus des 150 millions de dollars non utilisés dans le budget actuel alloué par le Congrès. Les États-Unis ont jusqu’à présent fourni une « assistance à la sécurité » de 2 milliards de dollars à l’Ukraine depuis 2014 pour promouvoir les « aspirations euro-atlantiques » de ce pays. Il est clair qu’une Ukraine neutre, située à la périphérie orientale de l’Eurasie, ne convient pas à l’agenda géopolitique des États-Unis.

Les États-Unis décident de vendre des armes létales à l’Ukraine

L’histoire de la Géorgie, où le projet de changement de régime des États-Unis dans la période post-soviétique a été mis en scène pour la première fois avec succès, est encore plus tragique. Comme en Ukraine, en Géorgie aussi, la Russie était prête à travailler avec les États-Unis pour une transition démocratique. Mais l’agenda américain s’est concentré sur l’installation d’un gouvernement violemment anti-russe à Tbilissi et un avocat américain, Mikheil Saakashvili, avec une femme américaine, a été amené pour servir cet objectif.

Une fois de plus, comme en Ukraine (Donbass et Crimée), une question très délicate de « souveraineté territoriale » a été subtilement soulevée lorsque Washington a encouragé Saakashvili à organiser une attaque contre les soldats de la paix russes en Ossétie du Sud en 2008, ce qui a entraîné la perte de deux régions séparatistes. La Géorgie n’a jamais pu s’établir en tant que démocratie non plus.

Même selon le classement des think tanks américains, la Géorgie a régulièrement perdu du terrain en matière de démocratie. L’histoire a ensuite pris une tournure curieuse lorsque l’élection présidentielle libre et équitable d’octobre dernier a vu la victoire du milliardaire géorgien Bidzina Ivanishvili (dont la fortune est estimée par Forbes à 5 milliards de dollars).

Washington soupçonne qu’Ivanishvili, qui a fait fortune en Russie en tant que citoyen russe – dans le secteur des métaux, de l’immobilier et des banques – est peut-être redevable à Moscou. Ainsi, une campagne de rumeurs a commencé à faire allusion aux racines russes de son empire commercial. Cette campagne a fait boule de neige et s’est transformée en protestations exigeant des élections rapides, malgré l’insistance du président Ivanishvili pour que sa loyauté envers son pays ne soit pas mise en doute.

Washington réfléchit à ses options, prise entre le marteau et l’enclume, alors que l’agitation et l’incertitude s’emparent de la politique géorgienne. Dans une étrange tournure des événements, n’excluez pas que l’administration Biden sollicite à nouveau les services de Mikheil Saakashvili alors que la Géorgie s’emballe. (Saakashvili avait fui la Géorgie en 2013 et est recherché pour de multiples accusations criminelles).

L’administration Biden devrait encourager la poursuite de l’intégration de la Géorgie dans l’OTAN. Antony Blinken, le secrétaire d’État de Biden, a exprimé son soutien pour que la porte de l’OTAN reste ouverte à la Géorgie. Le fait est qu’une nouvelle configuration d’équilibre se dessine dans la région et que la Géorgie est située à un carrefour stratégiquement important dans la région caucasienne entre la Russie et la Turquie, la mer Caspienne et la mer Noire.

Alors que l’Ukraine et la Biélorussie sont historiquement des zones tampons de la Russie, l’Occident s’intéresse à la Géorgie car elle est vitale pour la sécurité dans le Caucase du Sud et pourrait limiter l’influence de la Russie, en plus d’être pertinente pour le transport du pétrole et du gaz de la mer Caspienne et de l’Asie centrale vers les marchés mondiaux.

Pourtant, le nœud du problème est que l’Ukraine et la Géorgie sont inextricablement liées au marché russe. Si l’Ukraine dépend essentiellement de l’énergie russe et était historiquement un élément inaliénable de la chaîne de production soviétique, la Géorgie dépend depuis longtemps de la Russie comme son plus grand marché d’exportation pour ses produits agricoles et ses célèbres vins et eaux minérales.

La géoéconomie aurait dû être le meilleur remède pour la renaissance de l’Ukraine et de la Géorgie et la consolidation de leurs fondements démocratiques, mais Washington donne plutôt la priorité à son programme géopolitique. (Voir l’article d’opinion du Guardian intitulé « Pourquoi l’Ukraine a plus que jamais besoin de la Russie » ».

Il est clair qu’en ce qui concerne la Biélorussie, Moscou n’a plus besoin d’être convaincu que les États-Unis tentent d’intégrer dans leur sphère d’influence un autre pays (« tampon ») situé à la périphérie de la Russie. Le Kremlin a sagement décidé de ne pas intervenir, mais a plutôt créé un espace permettant au président Alexandre Loukachenko de faire face à la tempête.

Contrairement à la Géorgie ou à l’Ukraine, la Biélorussie a une économie qui fonctionne et le chômage est pratiquement inexistant alors que son système de protection sociale de l’époque soviétique assure la sécurité sociale des masses. Ainsi, la révolution de couleur, provoquée par la CIA via les médias sociaux, n’a pu rallier qu’une petite partie de la population. Loukachenko a eu recours à un « pouvoir intelligent » pour déjouer les pays occidentaux.

La confrontation croissante de la Russie avec les États-Unis et l’Europe élève la Biélorussie à un statut spécial dans le calcul de la sécurité de Moscou. Le timing de « l’affaire Navalny » a alerté Moscou que le plan de jeu est d’enfermer la Russie dans un bourbier. Le Kremlin a doublé la mise pour empêcher le renversement de Loukachenko tout en écrasant l’affaire Navalny.

Ayant réussi à résister à l’assaut occidental, Loukachenko s’est rendu à Sotchi le 22 février et a tenu une réunion de six heures avec le président Vladimir Poutine pour discuter d’un modèle d’intégration avec la Russie tout en préservant la souveraineté de la Biélorussie. Poutine et Loukachenko ont déclaré que les instruments de coopération entre Moscou et Minsk fonctionnent bien.

Alarmés par la perspective d’une intégration russo-biélorusse, les États-Unis prévoient une contre-attaque en relançant les protestations à Minsk. Les protestations de masse devraient reprendre le 25 mars. Cette fois, l’objectif sera d’attiser la xénophobie afin de créer une vague de fond de sentiments anti-russes dans l’opinion publique.

En résumé, les propos de Gorbatchev reposent sur l’hypothèse que l’Ukraine ou la Géorgie sont des agents libres de leurs relations avec la Russie. Or, ces deux pays sont de facto des colonies occidentales et Washington ne leur permettra pas de mener une politique indépendante à l’égard de Moscou.

Dans un discours vigoureux prononcé le 24 février devant les hauts fonctionnaires du Bureau fédéral de Sécurité russe (KGB), Poutine a dénoncé « la politique cohérente et très agressive visant à perturber notre développement [de la Russie], à le ralentir et à créer des problèmes le long de notre périmètre et de notre contour extérieurs, à provoquer une instabilité interne, à saper les valeurs qui unissent la société russe et, finalement, à affaiblir la Russie et à la forcer à accepter une gestion extérieure, comme cela se produit dans certains États post-soviétiques ».

Poutine prévoit que la confrontation des États-Unis avec la Russie s’intensifiera sous la surveillance de Biden. Pour dire les choses simplement, l’avenir des relations de la Russie avec les anciennes républiques soviétiques de sa périphérie occidentale est en grande partie le choix des États-Unis. Et ce choix, malheureusement, est exercé pour créer des blessures saignantes afin d’affaiblir la Russie.

M.K. Bhadrakumar

source : https://www.indianpunchline.com

traduit par Réseau International

Leave a Reply