Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Afrique, Algérie Politique, Algérie questions culturelles., Arts et littérature., Education - formation., Lutte de libération nationale.

Frantz Fanon : une œuvre et une pensée dans la révolution – par Mohamed Bouhamidi.

Par Mohamed Bouhamidi. In Horizons dz du mercredi 27 janvier 2021.

Né à Fort-de-France le 20 juillet 1925, Frantz Fanon décède le 6 décembre 1961 à Washington, aux Etats-Unis Son nom est inséparable de notre guerre de libération nationale. Son apport au plan de la lutte politique et de  l’organisation diplomatique et médiatique en fait une grande figure militante algérienne. Sur ce plan, sa contribution est, en soi et par ses effets pratiques sur l’audience de notre combat et les alliances et connexions panafricaines et tiers-mondistes, remarquable. L’appareil diplomatique et médiatique du GPRA, les hommes qui lui donnaient vie et pensée et qui furent ses camarades de lutte étaient, aussi, d’une qualité hors-normes.

L’interaction du militant Frantz fanon avec ses camarades se portera à un niveau supérieur  par son travail de théoricien de notre révolution. Sa pensée sur la relation coloniale  s’était  déjà développée dans  « Peau noire, masques blancs » édité en 1952 et d’autres publications moins connues sur  les répercussions psychosomatiques de l’isolement linguistique et social des émigrés algériens massivement installés en France, pour sa reconstruction,  après la deuxième guerre mondiale. Trois manuscrits de pièces de théâtre (L’Œil se noie, Les Mains parallèles, La Conspiration) écrits en 1949 et 1950 sont restées inédits.

La révolution algérienne le mettra au cœur d’une extraordinaire expérience humaine et politique. Il va publier « L’An V de la révolution algérienne » en 1959. Cette année est charnière pour la conduite de la lutte face au rouleau compresseur de près de plus d’un million de soldats et supplétifs lancés contre les maquis. Elle est charnière aussi pour l’observation des transformations sociales révolutionnaires, notamment pour les mœurs, la morale et l’engagement des femmes, déjà induites par la révolution politique et la conduite de l’effort militaire de notre révolution. Ce livre est donc un rapport d’étape dans lequel il développe l’examen des combats idéologiques, politiques et militaires engagés entre nous et la puissance coloniale. Cette année est charnière aussi par les contraintes subies par notre peuple et son armée de libération dans des conditions « hallucinantes » selon les termes de Fanon, contraintes auxquelles il répondra une année plus tard dans les grandioses manifestations populaires en décembre 1960.

 Enfin,  sera publié en 1961, quelques jours avant sa mort, « Les damnés de la terre ». Au sommet de sa puissance conceptuelle Fanon le rôle de la violence intrinsèque du colonialisme, le complexe et l’aliénation du colonisé, la lutte anticolonialiste, l’émancipation du tiers-monde et les contradictions postindépendance Afrique. L’analyste du réel et l’explorateur des inconscients individuels et sociaux, éclaire les chemins à poursuivre par une prospective extraordinairement prophétique.

En 1964, seront publiés « Pour la révolution africaine, écrits politiques » qui éclairent sur la situation du colonisé, le rapport équivoque de la gauche à l’endroit de la nature et « missions » de la colonisation, les voies nécessaires de la lutte solidaire pour l’émancipation de l’Afrique.

 Sa vie, passionnante, fera l’objet d’ autres notes de lecture.

Mohamed Bouhamidi.

Texte publié dans Horizons dz du mercredi 27 janvier 2021.

Leave a Reply