Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Chroniques, Education - formation., Europe

De l’utilité de la Charte des principes Musulmans – par Zohra Mahi.

Par Zohra Mahi.

 Pourquoi cette charte est-elle brusquement devenue indispensable alors que les musulmans sont en France depuis presqu’un siècle et que la France était présente dans les pays musulmans pendant plus longtemps (132 ans en Algérie) et que leur religion a été examinée sous toutes ses coutures par une cohorte d’orientalistes et d’Islamologues de premier plan qui la connaissaient mieux que ses propres fidèles ? En quoi cette charte est-elle nécessaire pour faire des musulmans de bons français et qu’est-ce qu’un bon français ?

Le texte, en son préambule, commence par une énormité. Les musulmans quelle que soit leur état, nationaux ou étrangers, sont mis dans le même sac et soumis au même pacte qui les engage vis-à-vis de la France.

 Ainsi, les Français de religion musulmane, en plus du pacte social qui les lie à leur pays dès leur naissance et sans qu’ils aient à le préciser, sont astreints à un autre pacte que leur impose leur religion. Est-ce que cette deuxième allégeance est imposée aux Chrétiens et aux Juifs à raison de leur appartenance religieuse ? Il ne semble pas. Il y a donc là un traitement discriminant qui viole la Constitution pour laquelle les citoyens sont égaux devant la loi et les règlements. Ce texte est donc anticonstitutionnel et ne vaudra que comme un vague acte sous seing privé qui n’engage que ses signataires.

L’article 3 -§ 1 et 2- commence par l’exigence faite aux signataires, qui seuls sont tenus par leur signature, de ne pas « qualifier d’apostasie le renoncement à l’Islam ». Quel mot faudra-t-il employer pour qualifier l’état de celui qui renonce à une religion quelle qu’elle soit ? Les mots « apostat » et « apostasie » figurent dans tous les dictionnaires français et ils n’ont rien d’injurieux. Pourquoi le seraient-ils forcément s’agissant des musulmans qui le prononceraient pour constater cet état ? Lorsque Monsieur Jacques Benoit-Meschin a intitulé son livre « Julien l’Apostat » il n’a certainement pas voulu injurier l’Empereur Romain Julien dont il a dit par ailleurs le plus grand bien.  Si le mot « apostasie » dérange, il appartient à l’Académie Française de le supprimer ou le remplacer par un autre mais on ne peut empêcher les musulmans Français d’user de tous les mots de leur langue. Ce serait une autre discrimination pire que la précédente.

Paradoxalement, les textes visés dans la Charte pour amener les musulmans, tous crypto terroristes à résipiscence, ne sont issus ni de la Bible ni de l’Evangile mais du Coran. Cela prouve que la religion décrétée violente ne l’est pas et bien mieux, elle prône la tolérance, l’égalité entre tous les humains qu’ils soient hommes ou femmes (Coran 17 :70 – Coran 4 :1 -Coran 2 : 256 – Coran 10 :99 ) Venir rappeler aux musulmans ce qu’il y a d’écrit dans leur livre saint c’est soit les prendre pour des débiles, soit carrément les mépriser, soit vouloir comme Bernard Henri Levy réécrire le Coran à sa façon.   

Cette Charte serait donc une réponse à la radicalisation, à la violence et aux attentats perpétrés en France par des musulmans et qu’il devient urgent pour les représentants de l’Islam de faire de la pédagogie énergique pour que les apprentis terroristes soient dissuadés de passer à l’acte dès la maternelle étant présumé que chaque musulman est susceptible de tomber dans le terrorisme parce que sa religion est violente par nature alors qu’il est démontré plus haut qu’il n’en est rien.

N’en déplaise à ceux qui veulent absolument imputer aux musulmans en tant que communauté, la paternité des attentats commis dans le monde, la preuve de cette implication n’est pas du tout  rapportée car les prétendus terroristes ont tous été abattus sans qu’ils aient été entendus et surtout visités par des organisations neutres ou des avocats non impactés par les Services, qui auraient recueillis leurs déclarations. Par ailleurs des éléments troublants comme l’existence de ce pourvoyeur en armes dénommé Hermant, d’extrême-droite de souche française qui a fourni les armes aux frères Kouachi et à leur complice Amédy Coulibaly, démontre que ces musulmans n’étaient que des hommes de paille avec des donneurs d’ordre plutôt bien cachés. Enfin, le site indépendant Panamza qui a enquêté, a démontré que les services secrets Israéliens n’étaient jamais loin du lieu de commission de l’attentat et étaient comme par hasard aussi, toujours les mieux renseignés avant tout le monde.

Dans l’histoire de la France, il y a eu les terroristes, Vendéens, Corses, Basques, Bretons et Anarchistes. Ces terroristes ont été arrêtés, lourdement condamnés et emprisonnés ou guillotinés. Ils sont tous présumés appartenir à la religion dominante en France, le Christianisme. Est-ce qu’une charte du genre de celle qui a été proposée aux musulmans a été distribuée aux évêques catholiques ou aux pasteurs Protestants pour qu’ils fassent la leçon à leurs ouailles en leur rappelant l’enseignement du Christ et son fameux « tendre l’autre joue » ?

Chaque terroriste a été condamné pour le fait criminel qu’il a commis et ni ses parents ni ses amis ni ses lointaines connaissances n’ont été retenus pendant des jours dans les locaux de la police pour les effrayer et les terroriser. La communauté Chrétienne n’a pas été mise en accusation dans le monde entier et accusée de vouloir appliquer le droit Canon ou mieux encore, éradiquer le reste du monde.

Pour avoir une première explication de l’irruption de cette Charte dans le paysage laïc français il faut se rappeler que les mots Jupiter et Macron sont devenus synonymes depuis une certaine élection en 2017. Il faut aussi se remémorer l’Histoire et la manifestation d’orgueil de Napoléon Bonaparte pérorant devant le Sanhédrin. Les Juifs de Monsieur Macron seront musulmans et lui aussi leur dictera comment il leur faudra organiser leur culte.  C’est ainsi que comme son glorieux prédécesseur, il marquera son siècle par ce geste de grandeur.

Mais ce n’est pas le seul but et c’est même uniquement le moyen car l’objectif est tout autre et bien plus sérieux qu’une simple vanité. Il faut donc lire la Charte, ou son projet, avec soin, en prenant son temps et en respectant le dur labeur des rédacteurs, pour en découvrir l’intention véritable.

Evidemment, la France, les Français, leur intérêt supérieur, leur futur obéré par la menace existentielle du grand remplacement, des territoires perdus de la République, de la Soumission, ne sont en rien concernés.

Cette intention est dispersée dans le corps du texte, elle n’a l’air de rien, elle est glissée là en toute innocence et en toute modestie pour se faire oublier.  Elle dénote chez son auteur (mais il est possible que cet « auteur » soit multiple et qu’ils s’y soient mis à plusieurs pour la concocter) une grande dextérité et porte la marque de fabrique de grands manieurs d’idées…

A l’article 5 -§2 ayant pour titre « la fraternité », il est rappelé aux musulmans que « toutes formes d’actes de racisme de discrimination et de haine de l’autre notamment les actes antimusulmans, les actes antisémites, l’homophobie et la misogynie sont des délits pénalement condamnés ». Pourquoi ce rappel de « l’antisémitisme » qui est là comme un cheveu sur la soupe ? Les musulmans ne sont pas antisémites puisque leur religion reconnait tous les prophètes sémites. En réalité, c’est l’anti sionisme et son apartheid qui sont la préoccupation des rédacteurs de la charte et qu’ils veulent faire passer pour des discriminations passibles de poursuites. C’est encore plus clair avec une autre mention qui suit :   celle de « ne pas importer les conflits qui ont lieu dans d’autres parties du monde » visée à l’article 6 § 5. Tout le monde aura compris qu’il faut criminaliser ceux parmi les musulmans de France qui sont sensibles aux traitements inhumains que subissent les Palestiniens et que tout cet enfumage ne vise qu’à retirer aux croyants le droit de se dire solidaires de ce peuple.

Au § 3 on se rapproche encore plus du sujet. Les musulmans de France, censés être tous « négationnistes » réfutant l’existence de la « Shoah »   alors qu’ils ne sont qu’innocents, sont enjoints de ne « pas rejeter tous les crimes contre l’humanité ». Des sermons dans les mosquées seront donc programmés pour expliquer cet évènement majeur du siècle dernier. Sans doute en application de la règle de la réciprocité, les musulmans français d’origine algérienne pourront à leur tour expliquer dans les Synagogues,  les Eglises et les Temples et les écoles comment les généraux français, Bugeaud, Cavaignac, Pélissier et Saint-Arnaud, ont inventé bien avant la deuxième guerre mondiale, la chambre à gaz en enfumant les populations civiles dans des grottes hermétiques, et  après le procès de Nuremberg, en mai 1945, comment les victimes de la répression Française à Guelma , Kherrata , Sétif, ont été brulées dans des fours à chaux exactement comme dans les fours crématoires nazis. Ce sera certainement un échange fructueux de souvenirs douloureux entre les communautés suppliciées. Une charte identique à celle qui est imposée aux musulmans sera signée par les autorités religieuses chrétiennes et Juives pour que tous les crimes contre l’humanité soient dénoncés sans hiérarchisation.  

Il est curieux que « l’importation des conflits d’ailleurs » comme la prétendue persécution des musulmans Ouighours par la Chine n’ait pas été sanctionnée lorsque l’activiste Glucksmann  est intervenu à ce sujet devant l’assemblée de l’Union Européenne au nom de la France. Cela s’appelle allumer un contrefeu, activité dans laquelle excellent les rédacteurs de la Charte. Une charte qui encore une fois n’engage que ses signataires, le rapport du musulman avec Dieu étant direct et se passant d’intermédiaire qu’il soit Imam ou a fortiori, le directeur d’une institution quelconque.  Zemmour ne s’y est pas trompé « les musulmans continueront à faire ce qu’ils voudront ». Zemmour est déçu, cette charte n’est pas assez « musclée » à son goût pour être utile à sa patrie de cœur, Israël. Nous compatissons sincèrement.

Pour finir, à son dernier article (10) la Charte prévoit en son 2e § « Si au moins deux fédérations estiment qu’une infraction à la présente charte est commise, elles peuvent décider de l’ouverture d’une enquête » contre le contrevenant. Et quand la Charte elle-même n’est pas signée par quatre fédérations sur 9 (presque la moitié) que devient-elle ?  La charte ne prévoit rien. C’est une raison supplémentaire  pour la considérer comme inutile.

Zohra mahi.

Source : https://www.facebook.com/zohra.mahi.1/posts/3981006008597111

Leave a Reply