Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Arts et littérature.

LES FRÈRES DU DIABLE. Mohamed ADJOU (chronique).

Par Mohamed Adjou. samedi 12 décembre 2020

Les chroniques de Mohamed Adjou : Comment taire ?

Le Collectif novembre a rajouté la catégorie "Chroniques" à son blog. Nadia Belkacemi et Mohamed Adjou en sont les premiers phares. Ils nous ont autorisés à en choisir quelques-unes pour publication. Nous les en remercions et les remercions pour leur créativité au quotidien.

LES FRÈRES DU DIABLE.

« Inna el moubadhirina kanou ikhwane echayatine » (sadaka Allah el Adhim)Ce n’est pas moi qui le dit, c’est le St Coran… les dépensiers (gaspilleurs) sont les frères de satan…

Le Coran ne dit pas s’il s’agit des gaspilleurs de sous ou d’autre chose… mais on devine qu’il s’agit d’argent, de temps, de terres et de tout ce qui a une valeur…Chez nous et pour certaines de nos grandioses réalisations, nos décideurs gaspillent allègrement les trois choses à la fois… mais ils ne s’en soucient guère et pour cause : ce n’est ni leur argent, ni leur temps, ni leurs terres qu’ils dilapident…Un ami m’a dit qu’il lui est arrivé de passer devant le terrain réservé à la construction de l’hôpital d’El Eulma avec un vieux monsieur qui lui a affirmé, en connaissance de cause, puisqu’il eut à travailler dans la ferme sur laquelle se situe ce terrain, que les terres distraites de l’agriculture en ces lieux disposent d’une profondeur de 4 m de sol arable alors que la moyenne dans la région ne dépasse pas 40 cm…Il lui a assuré qu’il fut un temps où cette ferme battait tous les records de productivité…Qui a donc choisi ce terrain et comment se fait-il que les gardiens de la sacralité de la terre nourricière, qui sont payés pour la préserver aient laissé faire ?… Allahou a3lam !Un autre hôpital, celui de Boumerdes se construit aussi sur un terrain à grande valeur agricole, dans une orangeraie, juste derrière… la direction de l’agriculture qui, elle-même, a été construite sur un verger !…Aujourd’hui, pour éviter la nausée et la révolte à ceux qui passent par la route longeant le projet, on a élevé une haute palissade qui cache le corps du délit…Et s’il vous arrive de transiter par Les Issers , toujours dans la Wilaya de Boumerdes ou par Said Abid dans la wilaya de Bouira, vous verrez deux « Alcatraz » qui ont bouffé des dizaines d’hectares, le premier sur un vignoble, le second sur un beau terrain plat où poussait un verger de poiriers et autres abricotiers…Et il y’a fort à parier que les 22 autres grandes prisons qui se construisent ont bouffé leur égal lot en vergers…A voir ce spectacle désolant d’une terre qu’on dilapide à tours de bras, on ne peut s’empêcher de penser que ce sabotage à grande échelle soit le fruit de la seule négligence et de se dire que s’il n’y’a pas crime avec préméditation, il y’a flagrant délit d’incompétence…Dans les deux cas, si le pouvoir et l’opposition, les décideurs et le peuple ferment les yeux et font preuve de tolérance envers les gaspilleurs, ces frères du diable, ils ne démontrent pas une méritoire indulgence mais une tragique complicité…Et si vous aussi vous approuvez cette gestion satanique, dirou belli c’est moi qui ai tort et que ma goult walou…13/12/2014NB… Je ne parle pas de l’immense terre céréalière qui a servi d’assiette aux chambres froides d’un oligarque et qu’on peut voir en empruntant l’autoghoul du côté de Bouira ou de la superficie énorme de terre plate distraite de l’agriculture pour être orienté vers nos fausses industries dans toutes les zones dites industrielles, la dernière en date étant celle de Sidi Khettab dans la wilaya de Relizane.

Mohamed Adjou. Djebahia. samedi 12 décembre 2020

Leave a Reply