Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Algérie questions culturelles., Arts et littérature.

« J’ai bu jusqu’à la lie »… et « Le taxieur et la harga ». Poème et billet de Nadia Belkacemi.

Plage dans le centre-est de notre pays.

9 décembre 2020

Par Nadia Belkacemi. Un poème et un billet.

Le Collectif novembre a rajouté la catégorie "Chroniques" à son blog. Nadia Belkacemi et Mohamed Adjou en sont les premiers phares. Ils nous ont autorisés à en choisir quelques-unes pour publication. Nous les en remercions et les remercions pour leur créativité au quotidien.
Aujourd'hui un poème et un billet remplacent la chronique. 

Poème : J’ai bu jusqu’à la lie,

J’ai bu jusqu’à la lie,

Des vers de pluie …

Je regarde les bouteilles

Poussant dans les champs…

Je regarde les poissons

Jetant des canettes sur la plage…

Je regarde la terre

Mise en emballage…

Un été

Les poissons vendront la mer

En canettesEcolo…

Sur les plages de gravier

Pour amoureux portant

Un bouquet de bouteilles

Cueilli sur un champ de printemps…

Ou l’hiver a jeté les vides

De ses beuveries…

09/12/12. Belkacemi Nadia.

Billet : Le taxieur et la harga.

Taxieur, pas rassuré sur le cours des événements…

Moi :

 imala waqila rayhines nehargou lebled hadi el mara ?-Alors on va brûler le pays cette fois ?-

Lui:

la ya madame, hna cha3b nehergou stop , feu rouge, la chaîne mais manehrgouche lebled -Nous sommes un peuple qui brûle un stop , un feu-rouge , la chaîne mais on ne brûle pas le pays …-

Ihi me voici rassurée…enfin sauf s’il se décide à brûler un stop..

.yek ?

09/12/19. Nadia Belkacemi.

Leave a Reply