Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Algérie Politique, Arts et littérature.

LE COMPLOT EST RÉELLEMENT « OURDI » N’EN DÉPLAISE AUX CHRONIQUEURS DU SCEPTICISME. Mohamed Adjou (chronique)

Par Mohamed Adjou. dimanche 6 décembre 2020

Les chroniques de Mohamed Adjou : Comment taire ?

Le Collectif novembre a rajouté la catégorie "Chroniques" à son blog. Nadia Belkacemi et Mohamed Adjou en sont les premiers phares. Ils nous ont autorisés à en choisir quelques-unes pour publication. Nous les en remercions et les remercions pour leur créativité au quotidien.

LE COMPLOT EST RÉELLEMENT « OURDI » N’EN DÉPLAISE AUX CHRONIQUEURS DU SCEPTICISME.

dimanche 6 décembre 2020

Nous n’allons pas réinventer le monde, ni la politique ni ses intrigues !… En toute période et sous tous les cieux, le verbe « ourdir » a toujours été conjugué à tous les temps par les pouvoirs et leurs oppositions pour justifier les complots qu’ils s’ingénient à fomenter afin de créer les diversions, jeter les anathèmes, prévenir les dérapages, désamorcer les crises, imprimer les virages, exécuter les grands écarts ou préparer les opinions…
Dieu, dans Sa toute-puissance et Son omniscience a crée le diable et Lui a donné le pouvoir de comploter et c’est suite à un complot biblique que fut prononcé le « Oust ! » divin qui nous priva du gracieux paradis de la genèse pour nous livrer à l’examen afin de le mériter à nouveau… L’examen consistant, toutes les croyances vous le diront, à ne pas succomber aux complots « ourdis » par Satan et ses émules…
La « raison d’Etat » et l’invocation du complot « ourdi » ont conduit à éliminer Patrice Lumumba dans la brousse, à dissoudre Ben Barka dans la soude, à trucider Baader dans sa geôle, à suicider Abdelhakim Amer dans son lit et à pendre Ali Bhutto haut et court… L’inventaire des « opérations » menées par les « Srabess » pour les besoins des causes des pouvoirs en place est si étendu qu’on peut sans grands risques de se tromper leurs coller les pires perfidies qu’ait connues l’Humanité et les plus atroces tragédies devant lesquelles Cap Sigli ne fut qu’une dérisoire chiquenaude, n’en déplaise à ceux qui continuent à y faire référence pour dédouaner le Makhzen en incriminant Merbah…
Les pouvoirs qui s’ingénient à conjuguer le verbe « ourdir » ne le font pas toujours pour de vilains montages visant à faire perdurer les états d’iniquité de leurs manipulateurs de l’ombre. Et en ce pays où, comme ailleurs, les sournoiseries régissent les rapports politiques, ce serait prêter une ingénuité et une innocence déplacées aux autres services (marocains, français, israéliens, américains, russes ou chinois…) que de diaboliser nos seuls services en « dérisionnant » à vue sur le verbe « ourdir » à chaque fois que l’idée de complot est lancée ou que les preuves d’un complot sont présentées…
Et c’est assurément participer aux « complots ourdis » par les autres que de mettre en doute toutes les preuves des complots en les mettant sur le compte de notre propre « complotite »…
C’est à ce périlleux exercice que s’attellent avec délectation les chroniqueurs du scepticisme et les semeurs du doute en mal de faux complots à démasquer qui brandissent avec des « eureka » indécents ce verbe à chaque fois que se dessinent les velléités d’ingérence extérieure dans nos affaires, les tentatives d’infléchissement de nos positions ou les volontés de nous inclure dans des agendas qui ne sont ni de notre initiative ni de notre intérêt…
Ces chroniqueurs du scepticisme, semeurs de doute et autres « décortiqueurs » assidus des missions secrètes prêtées à nos « services » continuent l’œuvre de sape d’une certaine opposition qui doutait à grand renfort de micros et de unes des journaux des exactions terroristes (et qui continue à le faire), cultivant l’amalgame pernicieux du « qui tue qui » et justifiant les coups de béliers que reçoit le pays par une seule litanie : celle du complot « à rebours » que n’arrêterait pas d’ « ourdir » le pouvoir contre lui-même pour, selon eux, mieux faire admettre à l’opinion l’idée d’un adversaire sournois qui lui en voudrait et en voudrait par voie de conséquence à notre pays et à son peuple…
Cette litanie s’est graduellement incrustée dans les esprits par un matraquage médiatique en règle qui use de la dérision comme argument-force au point qu’ aujourd’hui elle est devenue une seconde nature car rares sont les citoyens qui continuent à conserver un minimum de lucidité et de discernement susceptibles de leur faire prendre conscience que le verbe « ourdir » ne se conjugue pas obligatoirement avec un seul pronom personnel, le « on » de cette nébuleuse très pratique dans laquelle on amalgame de manière très peu innocente (encore un complot « ourdi ») le « pouvoir-régime-système » mais qu’il peut s’agir d’un vrai complot, à l’heure où la sphère régionale connaît un bouleversement de grande ampleur, aussi réel que celui qui a été savamment « ourdi » contre nos frères libyens et tunisiens et contre nos cousins soudanais, égyptiens, yéménites et syriens par les rois et émirs pollués de pétrole pour discréditer les républiques afin de mieux caricaturer l’Arabe dans son rôle de vassal soumis de droit divin aux têtes couronnées ou aux imams enturbannés…
Sous d’autres cieux, tout en étant conscients des non-dits, à priori ou en en prenant conscience à posteriori, on refuse d’incriminer le Mossad, la CIA, la DST ou le M15… Pire ou mieux, on cautionne inconditionnellement les complots qu’ils « ourdissent » et ils sont parfois si vilains !… du montage médiatique de Timisoara au faux couple Turenge sabotant le Rainbow Warrior, de la cochonnerie de Playa Giron à l’immonde assassinat d’Abou Iyad, de l’acte de piraterie contre les « historiques » du FLN à la capture à la Rambo d’Abdallah Ogalan, du raid sur Entebbe aux assassinats ciblés des savants nucléaires iraniens…
Ces « hauts faits » de leurs « services » sont même l’objet de films et de livres dans lesquels on chante leur perspicacité, leur professionnalisme et leur art de l’intrigue, de l’infiltration et des coups bas…
Et c’est toute la différence entre nous et eux !
– Eux se forcent à se convaincre et à convaincre autrui que les instruments de leur gouvernance sont là pour les préserver des « complots ourdis », même en en « ourdissant »…
– Nous, nous n’arrêtons pas de nous persuader et de vouloir persuader autrui que c’est nous qui « ourdissons » les complots même quand les faits nous prouvent que ce sont les autres qui nous les « ourdissent »…
En réalité, le complot est vraiment « ourdi » et l’une de ses facettes les plus sournoises, celle qui nous fait baisser la garde et nous démobilise dangereusement, c’est justement cette dérision devenue mode journalistique et sport éditorial sur le verbe «ourdir»…
Mohamed Adjou. Djabahia. 6décembre 2020.

Source : https://comment-taire10.blogspot.com/2020/12/le-complot-est-reellement-ourdi-nen.html

Leave a Reply