Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Arts et littérature.

4 DECEMBRE: OMAR KHAYYAM ET LE SAPIN DE NOEL. Par Mohamed Adjou (chronique).

Par Mohamed Adjou. vendredi 4 décembre 2020

Les chroniques de Mohamed Adjou : Comment taire ?

4 DECEEMBRE: OMAR KHAYYAM ET LE SAPIN DE NOEL

 le 4 décembre, c’est le jour du sapin…et j’apprends que cet arbre n’est venu que très tard à la tradition de Noël, un peu comme le Père Noël de Coca Cola… 4 ou 5 siècles seulement sur les 21 depuis la naissance de Sidna Aissa…

C’est aujourd’hui une tradition que les Chrétiens suivent avec la même ardeur festive que toutes les autres traditions liées aux fêtes de fin d’année (bûche, réveillon…), traditions qui tendent à devenir universelles pour le plus grand plaisir… des chinois !…Les chinois qui ont appris que la religion la plus profitable est celle des affaires… et qui produisent et exportent les 2/3 des sapins de Noël du monde, réalisant (en 2011), 96 % des sapins artificiels importés par les États-Unis et en exportant pour 46 millions de dollars vers le Canada à lui tout seul…Noel, c’est notre Mouloud à nous, qui, lui aussi s’est fait une tradition festive mais plus auditive que visuelle puisque nous le fêtons à coups de pétards, interdits d’importation et de commercialisation par un texte de loi mais qui se vendent au vu et au su de tous les représentants de la loi et qui nous arrivent par pleins conteneurs de… Chine.Il est dit qu’il se vend pour l’équivalent de 128 euros de pétards et feux d’artifice dans le monde à chaque seconde, soit l’équivalent de 4 milliards € par an et que la Chine en est le plus grand producteur au monde (75%) et le 1er exportateur…

Sapins de Noel, pétards, bûches, djadj bel berkoukès, Hamoud Boualem et bon vin nous permettent cette année encore de fêter la naissance de nos deux prophètes dans la grande joie…Nous avons intérêt à en profiter car il n’est pas dit, avec ce qui nous attend, que nous aurons encore l’occasion de continuer à festoyer, pour avoir élu et applaudi des fondés de pouvoir qui ne connaissaient pas ce sage proverbe qui dit: “si tu achètes le superflu, tu vendras bientôt le nécessaire”…Sinon, il nous restera le fatalisme de Omar Khayyam dont c’est aujourd’hui l’anniversaire de la disparition pour nous consoler en nous récitant ses quatrains:- Aussi rapides que l’eau du fleuve ou le vent du désert, nos jours s’enfuient. Deux jours, cependant, me laissent indifférent: celui qui est parti hier et celui qui arrivera demain…- Tu appréhendes ce qui peut t’arriver demain? Sois confiant, sinon l’infortune ne manquerait pas de justifier tes craintes.- Ne t’attache à rien, ne questionne ni livres ni gens, car notre destinée est insondable.

Mohamed Adjou. Djebahia. 4 décembre 2020.

Source : https://comment-taire10.blogspot.com/2020/12/4-deceembre-omar-khayyam-et-le-sapin-de.html?fbclid=IwAR2EWrbOGqKPpxCH_Ls3DfHDD0X5XQdsC_B22YlVq1S1ogvW0ZpogNfoTFg

Leave a Reply