Ce site présente les études, réflexions et publications du "Collectif novembre pour la souveraineté nationale, une économie autocentrée et le socialisme." L'ordre des objectifs est notre ordre de priorité.

Géostratégie, Questions internationales.

Beyrouth dévastée : Le nouveau paradigme pourrait être explosif. Par Alastair Crooke.

par Alastair Crooke. 13 août 2020

Parfois, le cycle de l’information et le cycle géopolitique se séparent tout simplement. C’est le cas ici, avec la dévastation du port de Beyrouth. Ce qui s’est passé là-bas est destiné à constituer un événement géopolitique majeur – quelle que soit la manière dont ses séquelles devraient se répercuter et façonner l’avenir. Il y a de bonnes raisons historiques à cette séparation : La première (qui explique le silence régional), c’est que nous n’avons pas encore eu les résultats de la police scientifique. Oui, les photos satellites abondent, mais pas les détails du terrain. Pas la criminalistique.

Les principaux médias sont pressés de « façonner » leur histoire de l’explosion avant le verdict du Tribunal Spécial sur la mort de Rafic Hariri (prévu pour le 18 août), et qui devrait inculper les membres du Hezbollah. Pourtant, de nombreuses questions restent sans réponse. Il faudra encore quelques jours avant que ces analyses sur le site soient disponibles. Elles seront bien sûr contestées, et pourraient ne rien résoudre.

Face à ce silence, dans l’attente de l’avis des principaux acteurs, les médias occidentaux et israéliens font la une des journaux en publiant « tout ce que vous devez savoir » et leurs « récapitulations » depuis Beyrouth. Cependant, la situation est loin d’être réglée. D’autres questions se posent au fil des jours. Et la région a une mémoire collective de ces points d’inflexion géopolitique.

Le soulèvement « populaire » de 1953 contre le Premier Ministre Mossadegh, qui s’est avéré être un coup d’État du MI6/CIA et qui – par la suite – devait inaugurer la Révolution Iranienne qui a changé la donne ; l’assassinat de Rafic Hariri en 2005, qui a conduit la Syrie à quitter le Liban – et le fait que les appels (au contenu inconnu) passés par des « familles » de téléphones portables aient été passés par des ordinateurs peu performants – ont été institutionnalisés pour déterminer la culpabilité du Hezbollah et, parallèlement, la désignation du mouvement comme terroriste. (Le Hezbollah a, dès le début, contesté le récit occidental/international de l’assassinat de Hariri).

Pourtant, la vérité est que ce qui est arrivé à Rafic Hariri reste encore obscurci dans le brouillard de la guerre partisane (comme le sera peut-être le sort de la dévastation de Beyrouth cette semaine). En Syrie, l’histoire des armes chimiques pour Douma est devenue un autre « tournant », au milieu du rugissement des missiles américains Tomahawk (Assad étant devenu un paria des armes chimiques). Pourtant, des documents de l’OIAC de ces derniers jours montrent que les armes chimiques n’étaient qu’une invention.

Oui, la région a de bonnes raisons de marquer une pause. D’une part, nous n’avons pas eu les résultats des expertises sur l’explosion du port, et d’autre part, nous avons l’affirmation de Trump – qu’il a réitérée par la suite – que ses généraux militaires lui ont dit que ce qui s’est passé à Beyrouth était « une attaque » (une bombe). Le Président n’a pas « spéculé » sur le fait qu’il s’agissait d’une attaque. Il a dit clairement que ses généraux le lui avaient dit.

Cette déclaration ne peut pas être entièrement sortie du calcul par aérographie. Et on ne peut pas non plus ignorer le fait que la « forme » et l’effet de champignon étrangement unifiés de l’explosion principale de Beyrouth ressemblent à une « explosion inexpliquée » similaire il y a quelques mois en Syrie. Et enfin, il y a la question : Y a-t-il eu trois explosions ?

Nous attendons donc ce qui est susceptible d’être un résultat parfaitement binaire. Soit la dévastation résulte d’une négligence coupable des autorités de sécurité portuaire, soit il s’agit d’une tentative audacieuse de faire « exploser » la dynamique régionale actuelle, de remodeler les récits et de refondre radicalement la géopolitique. Les deux sont possibles.

Que faire alors ? Le récit israélien est que la destruction de Beyrouth va provoquer un soulèvement de la population libanaise contre le Hezbollah, et va exiger que ses munitions soient retirées des centres de population. (Israël se réjouirait bien sûr de la visibilité que cela entraînerait sur les arsenaux du Hezbollah). La programmation d’une réunion d’urgence du Conseil de Sécurité des Nations Unies pour lundi, et les appels à placer le Liban sous surveillance internationale, suggèrent que les États occidentaux chercheront à utiliser la crise pour affaiblir et contraindre davantage le Hezbollah.

L’Alliance du 14-Mars cherchera à capitaliser sur ce qui s’est passé pour mobiliser les Libanais contre le Hezbollah, mais il est peu probable que cela ait l’écho que d’autres pourraient anticiper. Le port de Beyrouth est historiquement un patrimoine sunnite. Il n’a pas de structure de sécurité unique, et ces derniers ne sont pas les amis du Hezbollah. Le port est également ouvert à l’inspection de la FINUL. Si l’on devait caractériser la gestion de l’installation, on dirait qu’il s’agit d’une gestion de délabrement et de vénalité rampante. Il est possible que cette négligence coupable, qui a conduit à un accident, soit responsable, en tout ou en partie, de ce qui s’est passé.

Si tel est le cas, il semblerait que la colère du public se concentre davantage sur les Za’im corrompus (les « capos » du système qui ont ravagé la structure économique pour leur propre enrichissement pendant des décennies), que sur le Hezbollah. En effet, le gouvernement actuel aura du mal à survivre – même s’il n’était pas au pouvoir à l’époque où une négligence a pu se produire. Cette responsabilité incombe à la vieille garde.

S’il s’avérait que « Trump » a dit vrai, et que ce qui s’est passé était une sorte d’attaque, il ne serait pas difficile de répondre à la question cui bono ? Les journalistes israéliens se réjouissent déjà du moment propice de l’événement : Que « le Liban [maintenant] va imploser« , et que les « ondes de choc » de l’explosion vont perturber le Hezbollah pendant longtemps encore, mais plus particulièrement avant le rapport du Tribunal Spécial.

Un journaliste israélien a ajouté que l’explosion « dans le port principal du Liban envoie un message d’avertissement à l’Iran également, qui a déclaré il y a seulement un mois environ qu’il déploierait des navires et des pétroliers au Liban ». Israël et les États-Unis en particulier craignent que ces navires, s’ils arrivent au Liban, ne mettent en place une ligne régulière d’approvisionnement non seulement en pétrole, farine et médicaments, mais aussi en armes, munitions et pièces de missiles ».

Beaucoup de choses dépendent donc de la criminalistique : S’agissait-il d’une initiative audacieuse sous « faux pavillon » visant à rétablir le statu quo stratégique (du type de celui dont Israël s’est autrefois vanté), en se cachant et en utilisant une vulnérabilité connue du public dans le port de Beyrouth – le stockage de 2 700 kg de nitrate d’ammonium – afin de détruire la place stratégique du Hezbollah dans la région, et de faire évoluer la politique dans une nouvelle direction inattendue (favorable à Israël) ?

Ou encore, un autre exemple de la lassitude et de la vénalité de l’élite libanaise, qui ne se soucie que d’elle-même et pas du bien-être de son peuple ?

Si le premier exemple et les événements laissent présager une nouvelle tentative d’écraser le Hezbollah, le nouveau paradigme régional pourrait bien être explosif.

source : https://www.strategic-culture.org

traduit par Réseau International

Leave a Reply